Chant premier - Nicolas Boileau

Je chante les combats, et ce prélat terrible Qui par ses longs travaux et sa force invincible, Dans une illustre église exerçant son grand cœur, Fit placer à la fin un lutrin dans le chœur. C'est en vain que le chantre, abusant d'un faux titre, Deux fois l'en fit ôter...

Chant second - Nicolas Boileau

Cependant cet oiseau qui prône les merveilles, Ce monstre composé de bouches et d'oreilles, Qui, sans cesse volant de climats en climats, Dit partout ce qu'il sait et ce qu'il ne sait pas ; La Renommée enfin, cette prompte courrière, Va d'un mortel effroi glacer la...

Chant troisième - Nicolas Boileau

Mais la nuit aussitôt de ses ailes affreuses Couvre des Bourguignons les campagnes vineuses, Revole vers Paris, et, hâtant son retour, Déjà de Mont-Lhéri voit la fameuse tour. Ses murs, dont le sommet se dérobe à la vue, Sur la cime d'un roc s'allongent dans la nue,...

Chant quatrième - Nicolas Boileau

Les cloches, dans les airs, de leurs voix argentines, Appelaient à grand bruit les chantres à matines ; Quand leur chef, agité d'un sommeil effrayant, Encor tout en sueur se réveille en criant. Aux élans redoublés de sa voix douloureuse, Tous ses valets tremblants...

Chant cinquième - Nicolas Boileau

L'Aurore cependant, d'un juste effroi troublée, Des chanoines levés voit la troupe assemblée, Et contemple longtemps, avec des yeux confus, Ces visages fleuris qu'elle n'a jamais vus. Chez Sidrac aussitôt Brontin d'un pied fidèle Du pupitre abattu va porter la...

Chant sixième - Nicolas Boileau

Tandis que tout conspire à la guerre sacrée, La Piété sincère, aux Alpes retirée, Du fond de son désert entend les tristes cris, De ses sujets cachés dans les murs de Paris. Elle quitte à l'instant sa retraite divine La Foi, d'un pas certain, devant elle chemine ;...

Vers à mettre en chant - Nicolas Boileau

Voici les lieux charmants où mon âme ravie Passait à contempler Silvie Les tranquilles moments si doucement perdus. Que je l’aimais alors, que je la trouvais belle ! Mon cœur, vous soupirez au nom de l’infidèle : Avez-vous oublié que vous ne l’aimez plus ? C’est ici...

Discours au roi - Nicolas Boileau

Jeune et vaillant héros, dont la haute sagesse N'est point le fruit tardif d'une lente vieillesse, Et qui seul, sans ministre, à l'exemple des dieux, Soutiens tout par toi-même, et vois tout par tes yeux, GRAND ROI, si jusqu'ici, par un trait de prudence, J'ai demeuré...

Satire I - Damon, ce grand auteur... - Nicolas Boileau

Damon, ce grand auteur, dont la muse fertile Amusa si longtemps et la cour et la ville, Mais qui, n'étant vêtu que de simple bureau, Passe l'été sans linge et l'hiver sans manteau ; Et de qui le corps sec et la mine affamée N'en sont pas mieux refait pour tant de...