Les Plus Beaux Poèmes d'Amour de Paul-Jean Toulet

Voici une petite sélection des plus beaux poèmes d'amour de Paul-Jean Toulet. Bien que l’art soit subjectif, j’ai tenté de sélectionner les poèmes les plus beaux et les plus connus en me basant sur mes préférences personnelles et leur présence dans plusieurs...

Les Plus Beaux Poèmes de Paul-Jean Toulet

Si vous souhaitez lire ou relire les poèmes les plus célèbres et les plus beaux de Paul-Jean Toulet, vous êtes au bon endroit. Bien que l’art soit subjectif, j’ai tenté de sélectionner des poèmes incontournables de ce poète en me basant sur mes préférences...

L'un vainqueur ou l'autre battu - Paul-Jean Toulet

L'un vainqueur ou l'autre battu, Ces beaux soldats qui vous ont faite Gardaient jusque dans la défaite Le sourire de leur vertu. Vous, pour avoir rendu les armes, Je vous trouve fondue en larmes Et qui m'insultez entre tant. Que si l'on doit, toute sa vie, Déplorer...

Si ta grande ombre, ô Moréas - Paul-Jean Toulet

Si ta grande ombre, ô Moréas, Revient aux cabarets des Halles Parmi les filles de trois balles Et leurs gitons complets à l'as, Puissé-je au soir d'un beau Dimanche, Près de l'homme à la souris blanche, À l'Ange ou dans l'affreux Caveau, Entendre encor ta voix cuivrée...

Vêtue à l'envi d'un beau soir - Paul-Jean Toulet

Vêtue à l'envi d'un beau soir D'une liquette d'écarlate Et d'un seul bas noir, délicate À voir, Telles, divin marquis, les seules Couleurs peignant à ton désir La mort de sable, et du plaisir Les gueules. Paul-Jean...

Vous me reprochez entre tant - Paul-Jean Toulet

Vous me reprochez, entre tant, D'être chipé pour la boniche. Mais vous donner mon cœur, autant Porter des cerises à Guiche. Ne prenez pas cet air pointu En parlant d'amour ancillaire. Achille a taxé sa vertu Au prix des captives, ma chère. Et je sais, brûlé d'autres...

Église de Saint-Augustin - Paul-Jean Toulet

Église de Saint-Augustin, Au porche maigre, à l'ample dôme Dont les cloches seraient à Rome Beaucoup mieux qu'ici, le matin, Si ta circonspecte opulence Ignore cette violence Qui nous abyme en oraison, C'est que Dieu même est resté triste Qu'on prît pour bâtir sa...

En l'an 801 de Rome - Paul-Jean Toulet

En l'an 801 de Rome César Claudius convint De quelques mesures, afin D'aider au bonheur des hommes. Un aqueduc fut parfait, Une loi réprima l'usure ; Et trois caractères furent Ajoutés à l'alphabet : Savoir (ainsi nous enseigne Tacite) l'F inversé, L'antisigma, l'I...

Non, ce taxi, quelle charrette - Paul-Jean Toulet

" - Non, ce taxi, quelle charrette. C'est sous les toits, votre entresol ? Je t'aime... Oui c'est un tournesol... Si tu savais comme il me traite : Des claques voilà mes cadeaux ! Je croyais n'être jamais prête. ... Ça ? C'est moi. Laissez les rideaux. " " - Le cœur...

Sur l'océan couleur de fer - Paul-Jean Toulet

Sur l'océan couleur de fer Pleurait un chœur immense Et ces longs cris dont la démence Semble percer l'enfer. Et pais la mort, et le silence Montant comme un mur noir. ? Parfois au loin se laissait voir Un feu qui se balance. Paul-Jean...

Ô jour qui meurs à songer d'elle - Paul-Jean Toulet

Ô jour qui meurs à songer d'elle Un songe sans raison, Entre les plis du noir gazon Et la rouge asphodèle ; N'est-ce pas, aux feux du plaisir Inclinée et rebelle, Elle encor, mais cent fois plus belle, Et de flamme à saisir ? ... là-bas monte la voix dernière D'un...

Sur le canal Saint-Martin glisse - Paul-Jean Toulet

Sur le canal Saint-Martin glisse, Lisse et peinte comme un joujou, Une péniche en acajou, Avec ses volets à coulisse, Un caillebot au minium, Et deux pots de géranium Pour la Picarde, en bas, qui trôle. Je rêve d'un soir rouge d'or, Et d'un lougre hindou qui s'endort...

Ô poète, à quoi bon chercher - Paul-Jean Toulet

Ô poète, à quoi bon chercher Des mots pour son délire ? Il n'y a qu'au bois de ta lyre Que tu l'as su toucher. Plus haut que toi, dans sa morphine, Chante un noir séraphin. Ma nourrice disait qu'Enfin Est le mari d'Enfine. Paul-Jean...

Tandis qu'à l'argile au flanc vert - Paul-Jean Toulet

Tandis qu'à l'argile au flanc vert, Dessus ton front haussée, Perlait le pleur d'une eau glacée, Les dailleurs, à couvert : " Enfant, riait leur voix lointaine, Voilà temps que tu bois. Si Monsieur Paul est dans le bois, Avise à la fontaine. " Mais avise aussi de...

On descendrait, si vous l'osiez - Paul-Jean Toulet

On descendrait, si vous l'osiez, D'en haut de la terrasse, Jusques au seuil, où s'embarrasse Le pas dans les rosiers. D'un martin pêcheur qui s'élance L'éclair n'a que passé ; Et la source ; à son pleur glacé, Alterne un noir silence. L'Angélus, dans le couchant roux,...

Tel variait au jour changeant - Paul-Jean Toulet

Tel variait au jour changeant - Avec l'or de tes boucles, Le sang d'un collier d'escarboucles Dans ma tasse d'argent Qui, tout de roses couronnée, - Sur la ligne où se joint L'ombre au soleil - jetait au loin Une pourpre alternée ; Lilith, et, telle, un jour d'été,...

Pâle matin de Février - Paul-Jean Toulet

Pâle matin de Février Couleur de tourterelle Viens, apaise notre querelle, Je suis las de crier ; Las d'avoir fait saigner pour elle Plus d'un noir encrier... Pâle matin de Février Couleur de tourterelle. Paul-Jean...

Toi qu'empourprait - Paul-Jean Toulet

Toi qu'empourprait l'âtre d'hiver Comme une rouge nue Où déjà te dessinait nue L'arôme de ta chair ; Ni vous, dont l'image ancienne Captive encor mon cœur, Ile voilée, ombres en fleurs, Nuit océanienne ; Non plus ton parfum, violier Sous la main qui t'arrose, Ne...

Le Garno - Paul-Jean Toulet

L'hiver bat la vitre et le toit. Il fait bon dans la chambre, A part cette sale odeur d'ambre Et de plaisir. Mais toi, Les roses naissent sur ta face Quand tu ris près du feu... Ce soir tu me diras adieu, Ombre, que l'ombre efface. Paul-Jean...

Plus oultre - Paul-Jean Toulet

Au mois d'aimer, au mois de Mai, Quand Zo' va cherchant sous les branches Le bien-aimé, Son jupon, tendu sur les hanches ; Me fait songer à l'aile blanche Du voilier Mers qui battez au pied des mornes Et dont un double Pilier. Dressa les bornes. Paul-Jean...