Le Virgile travesti - Paul Scarron

(Énée vient d'annoncer à Didon qu'il doit repartir) Tandis qu'Aeneas enfila Le discours civil que voilà, Didon, de raison dépourvue, Ne jeta point sur lui la vue. Les yeux fichés sur le pavé, Le visage de pleurs lavé, En son esprit bourru la rage Faisait un étrange...

Cent quatre vers - Paul Scarron

Contre ceux qui font passer leurs libelles diffamatoires sous le nom d'autruy. Beaux Esprits du Pont-neuf, Insectes de Parnasse, Dont les productions, aussi froides que glace, Font naistre la tristesse au lieu de divertir, Vous verray-je toûjours à mes dépens mentir ?...

Le Plus Beau Poème de Paul Scarron

Voici le meilleur de la poésie de Paul Scarron. Épitaphe - Paul Scarron Celui qui ci maintenant dortFit plus de pitié que d’envie,Et souffrit mille fois la mortAvant que de perdre la vie. Passant, ne fais ici de bruit,Prends garde qu’aucun ne l’éveille :Car voici la...

Epistre burlesque à Madame de Bourron - Paul Scarron

Ma belle Dame de Bourron, Le pauvre Diable de Scarron Tres-humblement vous remercie De vos trois melons et vous prie De vous contenter bonnement De son petit remerciment. Il voudroit bien, à la pareille, Vous envoyer quelque merveille ; Car merveille peut on nommer Le...

Epistre à Mr Sarazin - Paul Scarron

Sarrasin, Mon voisin, Cher amy, Qu'à demy Je ne voy, Dont, ma foy, J'ay dépit Un petit, N'es-tu pas Barrabas, Basiris, Phalaris, Ganelon Le félon, De sçavoir Mon manoir Peu distant, Et pourtant De ne pas, De ton pas Ou de ceux De tes deux Chevaux gris Mal nouris, Y...

Épitaphe - Paul Scarron

Celui qui ci maintenant dort Fit plus de pitié que d'envie, Et souffrit mille fois la mort Avant que de perdre la vie. Passant, ne fais ici de bruit, Prends garde qu'aucun ne l'éveille ; Car voici la première nuit Que le pauvre Scarron sommeille. Paul...

La Foire Saint-Germain - Paul Scarron

[...] Ici le bel art de piper Très impunément se pratique ; Ici tel se laisse attraper Qui croit faire aux pipeurs la nique. Approchons ces gens assemblés, Hommes parmi femmes mêlés J'y vois, ce me semble, une dupe, Car ce beau porte-point-coupé, D'un touffu panache...

Le Roy - Paul Scarron

Le plus aymable Roy de tous les Roys du monde, Si charmant et si beau qu'entre tous ses sujets S'il s'en peut rencontrer qui soient assez bien faits Pour avoir de son air, je veux que l'on me tonde, Ce Roy donc que je dis, en qui seul tout abonde, Dont l'Esprit chaque...

Les vrays moyens de parvenir - Paul Scarron

Au Roy. Monarque, le plus grand des Roys, Et des hommes le plus aimable, Seul digne de donner des loix A toute la terre habitable, Le vray moyen de parvenir N'est rien que celuy de vous plaire : C'est ce qu'icy nous fait venir ; De plus huppés que nous en voudroient...

Mascarade de la Foire S. Germain - Paul Scarron

Aux Dames. Ô malheur du temps où nous sommes ! Je suis le plus adroit des hommes Et suis reduit à balleyer. Mais, si vous voulez m'employer Au charmant mestier de vous plaire, Vous verrez ce que je sçay faire : Si je n'en sors à mon honneur, Ne vous fiez jamais au...

Ouy, c'est un Pedant, c'est un sot - Paul Scarron

Ouy, c'est un Pedant, c'est un sot, Et le plus grand qui soit en France. Quand il profere une sentence, J'ayrnerois mieux qu'il fist un rot. Il est fils d'un petit ragot, Grand amateur de la jouvence, Qui perira par la potence S'il ne perit par le fagot. Il est fourbe...

Réflexion sérieuse de Mr S sur les murs de Troye - Paul Scarron

Phebus a tres-bonne raison De se mettre en mestier pour mieux gagner sa vie ; Je voudrois qu'il lui prît envie De bâtir sur Parnasse une bonne maison : Elle seroit fort de saison ; Il est âgé, quoy qu'il en die, Et sans l'excès de sa folie Il seroit déja tout grison....

Sérénade - Paul Scarron

Amour nabot, Qui du jabot, De Dom Japhet As fait Une ardente fournaise, Helas ! helas ! Je suis bien las D'estre remply de braise. Ton feu gregeois M'a fait pantois Et dans mon pis A mis Une essence de braize. Bon Dieu ! bon Dieu ! Le cœur en feu, Peut-on estre à son...

Superbes monuments de l'orgueil des humains - Paul Scarron

Superbes monuments de l'orgueil des humains, Pyramides, tombeaux dont la vaine structure A témoigné que l'art, par l'adresse des mains Et l'assidu travail, peut vaincre la nature : Vieux palais ruinés, chefs-d'œuvre des Romains Et les derniers efforts de leur...

Sur les affaires du temps - Paul Scarron

Le roi s'en est allé, son Éminence aussi ; Le courtisan escroc sans contenter son hôte, Jurant qu'à son retour il comptera sans faute Pique le grand chemin en botte de roussi. Les officiers du roi sont fort rares ici ; Et la gent de justice et celle de maltôte A le...

Sur Paris - Paul Scarron

Un amas confus de maisons Des crottes dans toutes les rues Ponts, églises, palais, prisons Boutiques bien ou mal pourvues Force gens noirs, blancs, roux, grisons Des prudes, des filles perdues, Des meurtres et des trahisons Des gens de plume aux mains crochues Maint...

Vous faites voir des os quand vous riez, Heleine - Paul Scarron

Sonnet Vous faites voir des os quand vous riez, Heleine, Dont les uns sont entiers et ne sont gueres blancs ; Les autres, des fragmens noirs comme de l'ebene Et tous, entiers ou non, cariez et tremblans. Comme dans la gencive ils ne tiennent qu'à peine Et que vous...

Je vous aymois - Paul Scarron

Je vous aimais : vous me l’aviez permis ; J’espérais d’être aimé : vous me l’aviez promis. Mais, hélas ! belle Iris, je vois bien le contraire ; Je n’ose en murmurer De peur de vous déplaire ; Mais il m’est permis d’expirer, S’il m’est ordonné de me taire. Dedans vos...

Ma raison me l’a dit aussi bien - Paul Scarron

Ma raison me l’a dit aussi bien que mes yeux, Que vous étiez toute charmante et belle ; Mais elle eût fait bien mieux De m’avertir que vous étiez cruelle. Ma raison me l’a dit aussi bien que mes yeux, Que vous estiez toute charmante et belle ; Mais elle eust fait bien...

Philis me traitte avec rigueur - Paul Scarron

Philis me traite avec rigueur ; Mon cœur, jour et nuit, en soupire. Ne vous affligez pas, mon cœur : Ce n’est pas un trop grand malheur ; Il ne faut que lui dire. Bien souvent, ce qui nous fait peur, Un moment après nous fait rire ; Phillis pourra changer d’humeur :...