Ô ne blasphème pas - Paul Verlaine

Ô ne blasphème pas, poète, et souviens-toi.Certes la femme est bien, elle vaut qu’on la baise,Son cul lui fait honneur, encor qu’un brin obèseEt je l’ai savouré maintes fois, quant à moi.Ce cul (et les tétons) quel nid à nos caresses !Je l’embrasse à genoux et lèche...

Nevermore - Paul Verlaine

Souvenir, souvenir, que me veux-tu ? L'automne Faisait voler la grive à travers l'air atone, Et le soleil dardait un rayon monotone Sur le bois jaunissant où la bise détone. Nous étions seul à seule et marchions en rêvant, Elle et moi, les cheveux et la pensée au...

Bibliotaphe - Paul Verlaine

I Monsieur le curé dit sa messe congrument… Quand il stoppe soudain : c'est un bibliotaphe ! « Je serais éloquent si j'étais polygraphe. » Tant il y a d'erreurs dans son agissement : Heurts sans but du ciboire, échange des burettes À tort et à travers, et tant d'et...

Filles - Paul Verlaine

I Bonne simple fille des rues Combien te préféré-je aux grues Qui nous encombrent le trottoir De leur traîne, mon décrottoir, Poseuses et bêtes poupées Rien que de chiffons occupées Ou de courses et de paris Fléaux déchaînés sur Paris ! Toi, tu m’es un vrai camarade...

L’enterrement - Paul Verlaine

Je ne sais rien de gai comme un enterrement ! Le fossoyeur qui chante et sa pioche qui brille, La cloche, au loin, dans l’air, lançant son svelte trille, Le prêtre en blanc surplis, qui prie allègrement, L’enfant de chœur avec sa voix fraîche de fille, Et quand, au...

Rossignol - Paul Verlaine

Comme un vol criard d’oiseaux en émoi, Tous mes souvenirs s’abattent sur moi, S’abattent parmi le feuillage jaune De mon cœur mirant son tronc plié d’aune Au tain violet de l’eau des Regrets, Qui mélancoliquement coule auprès, S’abattent, et puis la rumeur mauvaise...

Vas unguentatum - Paul Verlaine

Admire la brèche moirée Et le ton rose-blanc qu’y met La trace encor de mon entrée Au paradis de Mahomet. Vois, avec un plaisir d’artiste, Ô mon vieux regard fatigué D’ordinaire à bon droit si triste, Ce spectacle opulent et gai, Dans un mol écrin de peluche Noire aux...

Prologue - Paul Verlaine

En route, mauvaise troupe ! Partez, mes enfants perdus ! Ces loisirs vous étaient dus : La Chimère tend sa croupe. Partez, grimpés sur son dos, Comme essaime un vol de rêves D'un malade dans les brèves Fleurs vagues de ses rideaux. Ma main tiède qui s'agite Faible...

Pour E... - Paul Verlaine

J'aime ton sourire Qui m'accueille si Gentiment ! Ainsi Le soleil salue L'humble fleur des champs Échappée aux gens. J'aime tes yeux d'ombre Et de clarté, beaux Comme des tombeaux D'enfants et de vierges Et j'aime les coins De ta bouche moins Aimables que drôles Pour...

Les Plus Beaux Poèmes de Paul Verlaine

Si vous souhaitez lire ou relire les poèmes les plus célèbres et les plus beaux de Paul Verlaine, vous êtes au bon endroit. Bien que l’art soit subjectif, j’ai tenté de sélectionner des poèmes incontournables de ce poète en me basant sur mes préférences personnelles...

Voulant te fuir - Paul Verlaine

Voulant te fuir (fuir ses amours ! Mais un poète est bête), J'ai pris, l'un de ces derniers jours, La poudre d'escampette. Qui fut penaud, qui fut nigaud Dès après un quart d'heure ? Et je revins en mendigot Qui supplie et qui pleure. Tu pardonnas : mais pas longtemps...

L'impénitent - Paul Verlaine

Rôdeur vanné, ton œil fané Tout plein d'un désir satané Mais qui n'est pas l'œil d'un bélître, Quand passe quelqu'un de gentil Lance un éclair comme une vitre. Ton blaire flaire, âpre et subtil, Et l'étamine et le pistil, Toute fleur, tout fruit, toute viande, Et ta...

Saints innocents - Paul Verlaine

Cruel Hérode, noir Péché, De tes sept glaives tu poursuis Les innocents, lesquels je suis Dans mes cinq sens, — et, qu'empêché Me voici pour, las ! me défendre ! L'argile dont Dieu les forma, Leur faiblesse à ces tristes sens Par quoi je suis les innocents Que l'on...

L'impudent - Paul Verlaine

La misère et le mauvais œil, Soit dit sans le calomnier, Ont fait à ce monstre d'orgueil Une âme de vieux prisonnier. Oui, jettatore, oui, le dernier Et le premier des gueux en deuil De l'ombre même d'un denier Qu'ils poursuivront jusqu'au cercueil. Son regard mûrit...

Sur le Point du Jour - Paul Verlaine

Le Point du Jour, le point blanc de Paris, Le seul point blanc, grâce à tant de bâtisse Et neuve et laide et que je t'en ratisse, Le Point du Jour aurore des paris ! Le bonneteau fleurit « dessur » la berge, La bonne tôt s'y déprave, tant pis Pour elle et tant mieux...

Walcourt - Paul Verlaine

Paysages belges Briques et tuiles, Ô les charmants Petits asiles Pour les amants ! Houblons et vignes, Feuilles et fleurs, Tentes insignes Des francs buveurs ! Guinguettes claires, Bières, clameurs, Servantes chères À tous fumeurs ! Gares prochaines, Gais chemins...

Lombes - Paul Verlaine

Deux femmes des mieux m'ont apparu cette nuit. Mon rêve était au bal, je vous demande un peu ! L'une d'entre elles maigre assez, blonde, un œil bleu, Un noir et ce regard mécréant qui poursuit. L'autre, brune au regard sournois qui flatte et nuit, Seins joyeux d'être...

Paysages - Paul Verlaine

Au pays de mon père on voit des bois sans nombre, Là des loups font parfois luire leurs yeux dans l'ombre Et la myrtile est noire au pied du chêne vert. Noire de profondeur, sur l'étang découvert, Sous la bise soufflant balsamiquement dure L'eau saute à petits flots,...

Tantalized - Paul Verlaine

Toutes deux regardaient s'enfuir les hirondelles : L'une pâle aux cheveux de jais, et l'autre blonde Et rose, et leurs peignoirs légers de vieille blonde Vaguement serpentaient, nuages, autour d'elles. Et toutes deux, avec des langueurs d'asphodèles, Tandis qu'au ciel...

Pierrot Gamin - Paul Verlaine

Ce n'est pas Pierrot en herbe Non plus que Pierrot en gerbe, C'est Pierrot, Pierrot, Pierrot. Pierrot gamin, Pierrot gosse, Le cerneau hors de la cosse, C'est Pierrot, Pierrot, Pierrot ! Bien qu'un rien plus haut qu'un mètre, Le mignon drôle sait mettre Dans ses yeux...

Poème saturnien - Paul Verlaine

Ce fut bizarre et Satan dut rire. Ce jour d'été m'avait tout soûlé. Quelle chanteuse impossible à dire Et tout ce qu'elle a débagoulé ! Ce piano dans trop de fumée Sous des suspensions à pétroles ! Je crois, j'avais la bile enflammée, J'entendais de travers mes...