L'anneau madré qui le doigt environne - Philibert Bugnyon

L'anneau madré qui le doigt environne, Le petit doigt de vôtre main senestre Par sa rondeur, le parfait de son estre, L'heureuse fin de nos amours couronne. Pourquoy est-ce que souvent je m'étonne D'avoir mon cœur en si bon lieu pu mettre, Que je n'en soy' aucunement...

Le ciel avoit decouvert ses beaux yeus - Philibert Bugnyon

Le ciel avoit decouvert ses beaux yeus, Pour eclairer la nuit sombre et obscure, Quand j'apperceu la vive pourtraiture De celle, ou git mon espoir gracieus. Je fu trompé par l'espoir radieus Que ses flambeaux jettoient à l'avanture, Sur le plus haut de ma propre...

Si nôtre cors est la prison de l'ame - Philibert Bugnyon

Si nôtre cors est la prison de l'ame, Ou elle fait quelque tems sa demeure : Il faut apres, qu'elle en est hors, il meure, Elle spirant toujours celeste flame. La terre est doncq' le cercueil et la lame Du cors, qui mort ensepulchré demeure, En attendant...