Le Palais de la Fortune - Pierre Le Moyne

(Lettre IX) [...] Dans une île branlante, et de sable mouvant, Qui suit le cours des flots, et roule au gré du vent, Il se voit un Palais, sans règle et sans mesure, Mais d'une extravagante et bizarre structure, Dont l'ouvrage subit, sans le secours de l'art, S'éleva...

De la vie champêtre - Pierre Le Moyne

(Lettre X) [...] Tantôt il, aime à voir la pourpre de la rose, Sous le jour renaissant, pompeusement éclose, Disputer de la force et de l'éclat du teint Avecque le rayon du soleil qui la peint. Et tantôt son plaisir est de voir la nuance Que cent diverses fleurs font...

Carte de la Cour - Pierre Le Moyne

(Lettre IV) [...] L'Artifice à l'entrée avecque l'Imposture Loge dans un château d'étrange architecture. Là, de la cime au fondement, Tout porte à faux, tout se dément. En vain la face en est éclatante et pompeuse, Son éclat éblouit, et sa pompe est trompeuse. Partout...

Miroir fidèle - Pierre Le Moyne

[...] Tous les soirs, le soleil éteint par les ténèbres Et comme enseveli sous de grands draps funèbres Remit tous les matins, aussi jeune, aussi beau Qu'il se fit voir aux yeux du monde encor nouveau ; La lune a tous les mois une pareille grâce, Sa jeunesse revient,...

L'Île du Plaisir - Pierre Le Moyne

Sous un climat étrange, où sept fois tous les jours La mer change d'assiette, et la vague de cours, Il se voit sur les eaux une île vagabonde Qui flotte sans arrêt au mouvement de l'onde, Comme un navire errant que le phare et le nord Auraient abandonné, loin de rade...

Le Théâtre du Sage - Pierre Le Moyne

[...] Sous l'étage de l'air est l'étage de l'onde, Ample et riche ornement de la scène du monde, Où du grand artisan la grandeur se fait voir Comme dans un mobile et liquide miroir, Qui, tantôt en repos, et tantôt en tourmente, Sa clémence et son ire aux humains...

Annibal - Pierre Le Moyne

[...] Regardez cette mine orgueilleuse et sauvage Le feu de la Colere éclate en son visage. Son Esprit en desir détaché de son corps, Donne un second combat aux Esprits de ces morts Il sent avec plaisir leur meurtre et la victoire : Il les égorge avecque la memoire :...

Judith - Tableau troisième - Pierre Le Moyne

Elle coupe la tête à Holopherne Holopherne est couché, ce flambeau qui sommeille A mêlé sa lumière avec l'obscurité, Et Judith fait de l'ombre un voile à sa beauté, De peur qu'à son éclat, le barbare s'éveille. Le fer que tient en main cette chaste merveille Ajoute à...