Beaux yeux, sorciers et doux, mes uniques flambeaux - Pierre Motin

Beaux yeux, sorciers et doux, mes uniques flambeaux, Flambeaux, ah ! qu'ai-je dit ? c'est trop peu, mais vous êtes Deux astres qui d'amour sereinez les tempêtes, Frères jumeaux plus doux que les Frères Jumeaux ; Petits globes tout ronds, tout sereins et tout beaux,...

Ce masque, qui celait tantôt votre beauté - Pierre Motin

À Mademoiselle Madeleine Mareschal Ce masque, qui celait tantôt votre beauté, Semble à l'obscurité de la nuit effroyable : Elle cache au soleil sa clarté désirable, Lui cache de vos yeux la divine clarté. Ô masque, fallait-il que ton obscurité Recelât de ses yeux la...

Le soleil en tous lieux découvre sa lumière - Pierre Motin

Le soleil en tous lieux découvre sa lumière ; L'arc-en-ciel bigarré, l'émail de ses couleurs ; L'aurore aux belles mains, le cristal de ses pleurs ; La lune, de son front la clarté tout entière ; La terre, en tous endroits sa moisson nourricière ; En tous endroits...

Méditation sur le Memento homo - Pierre Motin

Souviens-toi que tu n'es que cendre Et qu'il te faut bien descendre Dans le fond d'un sépulcre noir, Où la terre te doit reprendre Et la cendre te recevoir. Le péril te suit à la guerre, Dessus la mer, dessus la terre ; Le péril te suit en tous lieux, Et tout ce que...