Malgré moi vis, et en vivant je meurs - François 1er

Malgré moi vis, et en vivant je meurs ; De jour en jour s'augmentent mes douleurs, Tant qu'en mourant trop longue m'est la vie. Le mourir crains et le mourir m'est vie : Ainsi repose en peines et douleurs ! Fortune m'est trop douce en ses rigueurs, Et rigoureuse en...

Ô triste départir - François 1er

Ô triste départir, De moi tant regretté ! Deuil ne sera ôté, Qui mon cœur fait partir : J'entends jusques au revoir, Si de moi tant désiré, Car quelque part que serai, Toujours ferai mon devoir. François...

Plus j'ai de bien, plus ma douleur augmente - François 1er

Plus j'ai de bien, plus ma douleur augmente ; Plus j'ai d'honneur et moins je me contente ; Car un reçu m'en fait cent désirer. Quand riens je n'ai, de riens ne me lamente, Mais ayant tout, la crainte me tourmente, Ou de le perdre ou bien de l'empirer. Las ! je dois...

Triste penser, en prison trop obscure - François 1er

Triste penser, en prison trop obscure, L'honneur, le soin, le devoir et la cure Que je soutiens des malheureux soudards, Devant mes yeux desquels j'ai la figure, Qui par raison et aussi par nature Devaient mourir entre piques et dards, Plutôt que voir fuir leurs...

Celle qui fut de beauté si louable - François 1er

Celle qui fut de beauté si louable Que pour sa garde elle avait une armée, A autre plus qu'à vous ne fut semblable Ni de Pâris, son ami, mieux aimée, Que de chacun vous êtes estimée ; Mais il y a différence d'un point Car à bon droit elle a été blâmée De trop aimer et...

Étant seulet auprès d'une fenêtre - François 1er

Étant seulet auprès d'une fenêtre, Par un matin comme le jour poignait, Je regardais Aurore à main senestre Qui à Phébus le chemin enseignait. Et, d'autre part, ma mie qui peignait Son chef doré ; et vis ses luisants yeux, Dont me jeta un trait si gracieux Qu'à haute...