La jeune fille et l'ange de la poésie - Sophie d’Arbouville

(extrait) - L'ange reste près d'elle ; il sourit à ses pleurs, Et resserre les nœuds de ses chaînes de fleurs ; Arrachant une plume à son aile azurée, Il la met dans la main qui s'était retirée. En vain, elle résiste, il triomphe... il sourit... Laissant couler ses...

Les Plus Beaux Poèmes de Sophie d’Arbouville

Si vous souhaitez lire ou relire les poèmes les plus célèbres et les plus beaux de Sophie d’Arbouville, vous êtes au bon endroit. Bien que l’art soit subjectif, j’ai tenté de sélectionner des poèmes incontournables de ce poète en me basant sur mes préférences...

La Sérénade - Sophie d'Arbouville

Mère, quel doux chant me réveille ? Minuit ! c'est l'heure où l'on sommeille. Qui peut, pour moi, venir si tard Veiller et chanter à l'écart ? Dors, mon enfant, dors ! c'est un rêve. En silence la nuit s'achève, Mon front repose auprès du tien, Je l'embrasse et je...

Le chant du cygne - Sophie d'Arbouville

Cygnes au blanc plumage, au port majestueux, Est-il vrai, dites-moi, qu'un chant harmonieux, De vos jours écoulés rompant le long silence, Lorsque va se briser votre frêle existence, Comme un cri de bonheur s'élève vers les cieux ? Quand sous votre aile, un soir,...

L'enfant qui priait - Sophie d'Arbouville

Eh quoi ! prier déjà.... tu bégayes encore ; De la vie, ici-bas, tu n'as vu que l'aurore ; Pour loi, le beau printemps n'est venu que deux fois ; À peine connaît-on le doux son de ta voix. Et cependant, docile aux leçons d'une mère, Tu bégayes déjà quelques mots de...

Le passé - Sophie d'Arbouville

Oh ! comment retenir cet ange qui s'enfuit ? Comme il est sombre et pâle ! il ressemble à la nuit. Comme il s'envole vite !... et de ma main tremblante S'échappe malgré moi son aile impatiente. « Reste encore ! il me semble, ange au triste regard, Qu'avec toi, de mes...

Le Poète - Sophie d'Arbouville

ODE. (Couronnée aux jeux floraux.) Des longs ennuis du jour quand le soir me délivre, Poète aux chants divins, j'ouvre en rêvant ton livre, Je me recueille en toi, dans l'ombre et loin du bruit ; De ton monde idéal, j'ose aborder la rive : Tes chants que je répète, à...

L'erreur - Sophie d'Arbouville

Ma sœur, écoute-moi ! je vais t'ouvrir mon cœur... Mais détourne un instant ton regard scrutateur ; Pour mes quinze printemps, ne sois pas trop sévère ! Tu promis de m'aimer à notre vieille mère. Un ange aux blonds cheveux déjà te doit le jour : Étends aussi sur moi...

L'étoile qui file - Sophie d'Arbouville

Petite étoile, au sein des vastes cieux, Toi que suivaient et mon cœur et mes yeux, Toi dont j'aimais la lumière timide, Où t'en vas-tu dans ta course rapide ? Ah ! j'espérais que, dans ce ciel d'azur, Du moins pour toi le repos était sûr. Pourquoi t'enfuir, mon...

Ne m'aimez pas - Sophie d'Arbouville

Ne m'aimez pas !... Je veux pouvoir prier pour vous, Comme pour les amis dont le soir, à genoux, Je me souviens — afin qu'éloignant la tempête, Dieu leur donne un ciel pur pour abriter leur tête. Je veux, de vos bonheurs, prendre tout haut ma part, Le front calme et...

Amour de jeune fille - Sophie d'Arbouville

Ma mère, quel beau jour ! tout brille, tout rayonne. Dans les airs, l'oiseau chante et l'insecte bourdonne ; Les ruisseaux argentés roulent sur les cailloux, Les fleurs donnent au ciel leur parfum le plus doux. Le lis s'est entr'ouvert ; la goutte de rosée, Sur les...

Pétition d'une fleur - Sophie d'Arbouville

À une dame châtelaine. (Pour la construction d'une serre.) Pauvre fleur, qu'un rayon du soleil fit éclore, Pauvre fleur, dont les jours n'ont qu'une courte aurore, Il me faut, au printemps, le soleil du bon Dieu, Et quand l'hiver arrive, un asile et du feu. On m'a dit...

Anxiété - Sophie d'Arbouville

Silence ! reprenons les travaux de mon âge. Que le pinceau docile obéisse à mes doigts, Des lieux que j'ai quittés qu'il retrace l'image, Que ma harpe se mêle aux accents de ma voix ; Sur un brillant tissu, que l'aiguille légère Arrête les contours d'une fleur...

Séparation - Sophie d'Arbouville

I. Le ciel est calme et pur, la terre lui ressemble ; Elle offre avec orgueil au soleil radieux L'essaim tourbillonnant de ses enfants heureux. Dans les parvis sacrés, la foule se rassemble. Ô vous.... qui vous aimez et qui restez ensemble ! Vous qui pouvez encor...

Je crois - Sophie d'Arbouville

Pourquoi, du doux éclat des croyances du cœur Vouloir éteindre en moi la dernière lueur ? Pourquoi, lorsque la brise à l'aurore m'arrive, Me dire de rester pleurante sur la rive ? Pourquoi, lorsque des fleurs je veux chercher le miel, Portez-vous à ma bouche et...

Sur les paroles d'un croyant - Sophie d'Arbouville

1835. Seigneur ! vous êtes bien le Dieu de la puissance. Que deviennent sans vous ces hommes qu'on encense ? Si d'un souffle divin vous animez leur front, Ils montent jusqu'aux deux, en saisissant leur lyre ! Votre souffle s'écarte... ils tombent en délire Dans des...

Je me tais et je pleure - Sophie d'Arbouville

Les vers n'arrivent pas au gré de mon désir, L'heure du feu sacré ne saurait se choisir. Dites-vous au bouton qu'il devienne une rose, À l'oiseau dans son nid que sa couvée éclose ? Pourquoi me dire à moi : « Prends ton luth pour chanter ? » Les feuilles loin du vent...

Tristesse - Sophie d'Arbouville

Bonheur si doux de mon enfance, Bonheur plus doux de mon printemps, Je n'ai plus que la souvenance De vos courts et joyeux instants. Triste, sur la rive étrangère, Je rêve à mon lointain pays, Et des pleurs mouillent ma paupière Au souvenir de mes amis. L'exil a...

La fille de l'hôtesse - Sophie d'Arbouville

« Du vin ! Nous sommes trois ; du vin, allons, du vin ! Hôtesse ! nous voulons chanter jusqu'au matin. As-tu toujours ta vigne et ta fille jolie ? L'amour, le vin, voilà les seuls biens de la vie. — Entrez, seigneurs, entrez.... le vent est froid, la nuit. Ma vigne...

Une course au Champs de Mars - Sophie d'Arbouville

Volez, nobles coursiers, franchissez la distance ! Pour le prix disputé, luttez avec constance ! Sous un soleil de feu, le sol est éclatant ; Pour vous voir aujourd'hui, tout est bruit et lumière ; Ainsi qu'un flot d'encens, la légère poussière, Devant vos pas,...

La Gitana - Sophie d'Arbouville

Élégie. J'ai mendié seize ans le pain de chaque jour, Ce pain noir, accordé, refusé tour à tour ; Je bois l'eau du torrent, je couche sur la terre ; Sur le bord d'un chemin j'ai vu mourir ma mère ! Et seule désormais, au loin portant mes pas, Je souris à la foule et...

Une croix sur le bord d'un chemin - Sophie d'Arbouville

Sur le bord du chemin, que j'aime à voir l'oiseau, Fuyant le nid léger que balance l'ormeau, Prendre le grain qu'il porte à sa couvée éclose, Les premiers jours de mai, quand s'entr'ouvre la rose. Sur le bord du chemin, que j'aime l'églantier, De pétales dorés...

La mémoire - Sophie d'Arbouville

Eh bien ! que fais-tu donc, ô Mémoire infidèle ? Tu ne sais plus ces vers, poésie immortelle, Consacrés par la gloire et redits en tous lieux ! Ces sublimes accents au rythme harmonieux, Où d'un poète aimé le génie étincelle, Mémoire, que fuis-tu, si tu ne les retiens...

Une voix du ciel - Sophie d'Arbouville

Je suis l'astre des nuits. Je brille, pâle et blanche, Sur la feuille qui tremble au sommet d'une branche, Sur le ruisseau qui dort, sur les lacs, bien plus beaux Quand mes voiles d'argent s'étendent sur leurs eaux. Mes rayons vont chercher les fleurs que je préfère,...

L'ange de poésie et la jeune femme - Sophie d'Arbouville

L'ANGE DE POÉSIE. Éveille-toi, ma sœur, je passe près de toi ! De mon sceptre divin tu vas subir la loi ; Sur toi, du feu sacré tombent les étincelles, Je caresse ton front de l'azur de mes ailes. À tes doigts incertains, j'offre ma lyre d'or, Que ton âme s'éveille et...

Un jour d'absence - Sophie d'Arbouville

Quand l'horloge a sonné le moment du départ, Aucune larme, ami, n'a voilé ton regard ! Tu m'as pressé la main... j'ai cru voir un sourire Se mêler à l'adieu que tu venais me dire ; Car pour ton cœur, tranquille en pensant au retour, Ce n'était point partir que...

La grand-mère - Sophie d’Arbouville

La Grand-mère est un poème célèbre de Sophie d'Arbouville paru dans le recueil Poésies et nouvelles (1840). Il s'agit d'un poème en octosyllabes à rimes croisées alternant huitains (couplets) et quatrains (refrain). Il aborde sur un ton léger les souvenirs de la...

L'hirondelle - Sophie d’Arbouville

Ô petite hirondelle Qui bats de l'aile, Et viens contre mon mur, Comme abri sûr, Bâtir d'un bec agile Un nid fragile, Dis-moi, pour vivre ainsi Sans nul souci, Comment fait l'hirondelle Qui bat de l'aile ? Moi, sous le même toit, je trouve tour à tour Trop prompt,...