Repos - Théodore de Banville

Je disais, en pressant le pas : Que font ces Amours sans vergogne ? En somme, il ne me semble pas Qu'ils accomplissent leur besogne. Ils méritent des mauvais points. Hypnotisés par sa caresse, Dorment-ils, en fermant leurs poings, Sur le doux sein de la Paresse ?...

Rire - Théodore de Banville

Rions sur la terre en délire Où la lumière aime et fleurit, Puisque le clair, le divin Rire Nous appartient, comme l'Esprit. Rions sous la clarté qui tombe Parmi les rameaux chevelus ; Car, amis, la blanche colombe Ne rit pas, le tigre non plus. Oui, rions sous les...

Scientifique - Théodore de Banville

Lentement, vers la fin du jour, Une voix murmurait dans l'ombre : Amour ! Amour ! Amour ! Amour ! Au milieu de la forêt sombre. Quelqu'un disait : L'essentiel N'est pas la gloire et sa fumée. Non, le vrai, c'est de voir le ciel Dans les yeux de la bien-aimée. Une...

Soleil - Théodore de Banville

Lorsque Juin fait même sourire Le noir cachot, Je n'aime pas entendre dire Qu'il fait trop chaud. Non. Pas assez chaud. Que notre âme Au jour vermeil Renaisse, prenne un bain de flamme Et de soleil ! O Zéphyr, tandis que tu bouges Dans le ciel bleu, Que toutes les...

Sursum ! - Théodore de Banville

Dans ce Paris, cul-de-sac Inventé par feu Balzac, Le plus humble mammifère Nous parle d'Influenza. Une chanson de Rosa Ferait bien mieux notre affaire. Sur notre front, clair et beau, Toujours brilla le flambeau Qui dissipe les ténèbres. Le savetier Gavarni Fit notre...

Thalie - Théodore de Banville

O muse Comédie, Souffre un peu que ma main Hardie S'égare en ton chemin ! Tel, rouge et faisant halte, Devant cette primeur S'exalte Un apprenti rimeur. Et bien vite il ajoute : Pour guérir mes tourments Écoute- Moi, nymphe aux yeux charmants. Vendangeuse Thalie,...

Titania - Théodore de Banville

Bottom, être baigné d'azur, Baisé dans les apothéoses, Toujours la Reine mettra sur Tes longues oreilles, des roses. Au bal, où maint gardénia Chantait son amoureuse gamme, Je vis hier Titania. Elle était déguisée en dame. Car Worth, qui peinait et rêvait Comme un...

Tour Eiffel - Théodore de Banville

Tour Eiffel, grandis, monte encore Dans la lumière et dans l'aurore, Dans les éthers silencieux. Née entre les pieds noirs d'Hécate, Monte, grande fleur délicate, Mets ton front dans les sombres cieux. Car un génie au cœur de flamme Fouille la terre jusqu'à l'âme Et...

Tristesse - Théodore de Banville

Au temps où vont naître les roses, Puisqu'il est des heures moroses Même pour les fils d'Apollon, Pleure, pleure, mon violon. Jadis, turbulent comme un faune, Je regardais le soleil jaune Avec des yeux de jeune aiglon. Pleure, pleure, mon violon. A présent, très...

Turlurette - Théodore de Banville

Il s'en va, le fol Amour. Nous entendons le tambour Qui pour vous bat la retraite. Eh ! allez donc, Turlurette ! Sous les rouges cieux pourprés, Vous n'irez plus dans les prés Effeuiller la pâquerette. Eh ! allez donc, Turlurette ! Du poëte au savetier, Vous charmiez...

Variante - Théodore de Banville

Lila, personne orientale, Qu'on n'égale qu'aux Dieux et qu'aux Rois, dit : Je suis l'Horizontale Dont on parle dans les Échos. Je suis la plus belle Tendresse Que dans la forêt suive un daim, Et le Lys ébloui se dresse, Quand je passe dans le jardin. Étrangère à...

Vendeur - Théodore de Banville

Dans les immenses magasins, Le commis à voix suborneuse Envié par tous ses voisins, Charme une dame promeneuse. – Madame, arrêtez-vous un peu ! Cieux étoilés, flammes fleuries, Nous avons tout le nouveau jeu Flamboyant dans nos galeries. Parcourez nos rayons de blanc....

Villégiature - Théodore de Banville

C'est le printemps, le printemps fou Qui s'étend sur la terre dure, Au milieu des airs flottants, où Frissonne et frémit la verdure. J'allai hier dans le bois profond Où sur les noirs coteaux propices Les feuillages révoltés font Des gouffres et des précipices. Et,...

Visite - Théodore de Banville

Ah ! pour nos prunelles ouvertes, Le divin spectacle vermeil, Ce triomphe de feuilles vertes Éclaboussé par le soleil ! On voit sur les folles verdures Les diamants que la pluie a. Nous oublions nos peines dures : Tout ressuscite. Alleluia. Dans les palais et dans les...

Ballade à Georges Rochegrosse - Théodore de Banville

La sottise partout fait rage. Bienheureux qui s'est abstenu D'ouïr maint et maint personnage Dont l'esprit a pour revenu Le banal et le convenu : Que le Diable serre leurs gorges ! Puisque te voilà prévenu, Souviens-toi bien de cela, Georges. Si tu veux vivre en homme...

Ballade à la gloire du Lys - Théodore de Banville

Muse au front d'or, farouche Aganippide, Je chanterai le Lys, aux Dieux pareil, Le Lys charmant, le Lys au cœur splendide. Dès qu'il fleurit, la Nature en éveil, Comme à son roi, lui demande conseil. Couche de nacre où s'éveille l'Aurore, Noble palais que bat la mer...

Ballade à la louange des Roses - Théodore de Banville

Je veux encor d'un vers audacieux Louer la fleur adorable et sanglante Qui dit : Amour ! sous l'œil charmé des cieux ; La fleur qui semble une lèvre vivante Et qui nous baise, et dont la couleur chante Dans ses rougeurs un bel hymne idéal. Par ce matin vermeil de...

Ballade à la Sainte Vierge - Théodore de Banville

Vierge Marie ! après ce bon rimeur François Villon, qui sut prier et croire, Et qui jadis, malgré sa folle humeur, Fit sa ballade immortelle à ta gloire, Je chanterai ton règne et ta victoire. Ton diadème éclate avec fierté Et sur ton front il rayonne, enchanté. Mille...

Ballade à sa femme, Lorraine - Théodore de Banville

Mon cher amour, c'est presque à Domremi Que te berça la plaine bocagère, D'où ton courage et ton cœur affermi ; Car tu naquis, ô bonne ménagère, Dans le pays de la grande Bergère. Comme au travail jamais tu ne pleuras Ta peine rude et ne désespéras, Dans la maison,...

Ballade au lecteur, pour finir - Théodore de Banville

Gentil lecteur, vide ton verre un peu Et lis encor cette dernière page. J'ai vu briller le front vermeil du Dieu Aux flèches d'or, que nul en vain n'outrage ; Fou de splendeur, j'ai suivi ce mirage, Et c'est pourquoi je te donne ceci. Vois, ce n'est pas le fait d'un...