Emma. - Victoire Babois

Emma d'un clair ruisseau regardait l'onde pure, Et n'y voyait pas ses attraits ; Près d'elle il murmurait sous un ombrage frais, Sans qu'elle entendît son murmure. Une douce pâleur à ses touchants appas Semblait donner de nouveaux charmes : Immobile et pensive, Emma...

Ismène. - Victoire Babois

Loin du méchant qui sut lui plaire Ismène goûtait le repos : Elle avait retrouvé sa mère ; Elle avait oublié ses maux. Tandis qu'au fond d'un bosquet sombre Un soir elle dormait en paix, Son ingrat la cherchait dans l'ombre : Les méchants ne dorment jamais. D'Ismène...

Sophie. - Victoire Babois

Si bien cherchez dans votre douce amie Vertu sans faste et gaîté sans éclat ; Si désirez cœur tendre et délicat ; Vous préférez ma tant douce Sophie. Si redoutez brillante étourderie ; Si mieux vous plaît tranquille et doux accueil, Beauté sans fard, dignité sans...

La fantaisie. - Victoire Babois

La nuit tombait sur la prairie ; Écho dormait dans le vallon ; Près du ruisseau chantait Silvie, Et moi j'écoutais sa chanson. D’Amour, dans sa vaine folie, Croyant fuir le charme vainqueur, Elle appelait la Fantaisie, Et ne pouvait tromper son cœur. « Frivole erreur,...

L'amour. - Victoire Babois

Tout n'est qu'amour dans la nature Pour un cœur enflammé d'amour : Le printemps nous rend la verdure Pour offrir un trône à l'amour ; L'astre brillant de la lumière Devient le flambeau de l'amour ; La nuit sur la nature entière Etend le bandeau de l'amour. Clarté...

La retraite. - Victoire Babois

Heureux l'amant de la retraite ! Il a des plaisirs sûrs, il goûte un doux sommeil. D'une âme égale et satisfaite, Il revoit chaque jour l'un à l'autre pareil. Au monde il n'est rien qu'il regrette. Sans projet, sans effort il trouve le bonheur. La contrainte jamais...

A ma fille. - Victoire Babois

Ô toi dont la pénible enfance S'écoule au milieu des douleurs, Toi, dont la fragile existence M'a déjà coûté tant de pleurs ; Ô ! De ta mère, Fille trop chère, Le ciel enfin comble les vœux, Et de ta vie, Las ! Tant chérie, Il daigne resserrer les nœuds. Déjà de ta...

Chanson. - Victoire Babois

En vain l'Amour, disait Iris, Croit soumettre mon cœur surpris ; A ses traits il échappe. Je ris de ce méchant marmot, Et je le crois encore plus sot Que tous ceux qu'il attrape. Je revis Iris l'autre jour. « Sans doute, lui dis-je, à l'Amour Toujours ton cœur...

Le rendez-vous. - Victoire Babois

L'autre matin, sous la fraîche coudrette, Le beau Colin, loin des regards jaloux, S'imaginait trouver encore Lisette Une heure au moins après le rendez-vous. « Il est trop tard, lui dis-je, elle est partie. Ah ! Comme toi si j'avais pu, Colin, Donner parole à si...