La fantaisie. - Victoire Babois

La nuit tombait sur la prairie ; Écho dormait dans le vallon ; Près du ruisseau chantait Silvie, Et moi j'écoutais sa chanson. D’Amour, dans sa vaine folie, Croyant fuir le charme vainqueur, Elle appelait la Fantaisie, Et ne pouvait tromper son cœur. « Frivole erreur,...

Sophie. - Victoire Babois

Si bien cherchez dans votre douce amie Vertu sans faste et gaîté sans éclat ; Si désirez cœur tendre et délicat ; Vous préférez ma tant douce Sophie. Si redoutez brillante étourderie ; Si mieux vous plaît tranquille et doux accueil, Beauté sans fard, dignité sans...

Quand vous exagérez même la vérité. - Victoire Babois

Quand vous exagérez même la vérité, Mon aimable Zoé, vous vous éloignez d'elle. Vous altérez, hélas ! la grâce naturelle, Et l'heureuse simplicité Qui vous rendent bien plus que belle. Vous méprisez le faux, son ombre vous fait peur ; Et, sans l'aveu de votre cœur,...

On est belle quand on plaît. - Victoire Babois

Je veux de ma Caroline Faire le gentil portrait, Et que chacun le devine Sans deviner qui l'a fait. L'amour embellit, pour plaire, L'objet qu'il aime à chanter ; Aussi tendre et plus sincère, L'amitié peint sans flatter. J'aime de ma Caroline La douce ingénuité ;...

Mon sexe, dites-vous, déshérité des cieux. - Victoire Babois

Mon sexe, dites-vous, déshérité des cieux, Ne sait juger ni vers ni prose. Un style clair et pur, obscur ou vicieux ; Du bon ou du mauvais : c'est pour lui même chose. Jamais de l'analyse il ne prit le compas, Enfin de l'art d'écrire il ne se doute pas. Hé bien, passe...

L'oiseau d'Alide. - Victoire Babois

Le sort, qui des humains décide, Sur le plus faible oiseau préside. Voulant faire un heureux, il daigna me choisir ; Je naquis pour aimer Alide ; Je vécus sur son sein ; j'y mourus de plaisir. Qui ne voudrait ainsi naître, vivre et mourir ? Victoire...

Les musiciens ambulants. - Victoire Babois

Sans crainte, mon Annette, ah ! revoyons le jour. En regardant ton fils que ta peine s'oublie. Comment ne pas chérir sa vie Quand elle appartient à l'amour ? Du courage qu'il donne il est la récompense. Prends ta harpe, chantons l'amour et la constance. Pour toi d'un...

Le rendez-vous. - Victoire Babois

L'autre matin, sous la fraîche coudrette, Le beau Colin, loin des regards jaloux, S'imaginait trouver encore Lisette Une heure au moins après le rendez-vous. « Il est trop tard, lui dis-je, elle est partie. Ah ! Comme toi si j'avais pu, Colin, Donner parole à si...

L'ennui de Léonore. - Victoire Babois

Quel chagrin obscurcit tes yeux ? Qu'as-tu, ma chère Léonore, Toi qu’une souris si gracieuse Naguère embellissait encore ? Un amour tendre et malheureux A cessé de troubler ta vie ; Tout prévient, tout remplit tes vœux... « Hélas ! dit-elle, je m'ennuie. Oui, je dois,...

Le jour du mariage. - Victoire Babois

Le jour du mariage Bien gravement s'engage L'amour malin ; Mais souvent, pour se rendre, On le contraint d'attendre Au lendemain. Dans ce jour d'épouvante, On fuit, on est tremblante, Et puis enfin On commence à s'y faire, Et l'on est moins sévère Le lendemain. La vie...

Le jour de ton anniversaire. - Victoire Babois

A sa naissance Flore a fait naître aussi les fleurs ; Le printemps doit son influence, A sa naissance. A ta naissance, Pour nous prouver cet heureux don, De Flore tu pris la puissance, Sa fraîcheur, ses attraits, son nom, A ta naissance. A sa naissance L'Amour n'est...

Le jour de son mariage. - Victoire Babois

A Eulalie Tu quittes ta douce patrie ; Mais c'est pour suivre un tendre époux : Qu'importe où s'écoule la vie, Lorsque l'amour est avec nous ? Des jeux de ta paisible enfance Rappelle souvent les plaisirs ; Le souvenir de l'innocence Est le plus doux des souvenirs....

La touchante amitié. - Victoire Babois

D'amour, dans son heureux printemps Que femme soit le doux salaire ; Que femme, au midi de ses ans, D'amour écoute la prière : Mais qu'amitié vienne à son tour ; Dans nos cœurs que sa flamme habite ; Puis, avant qu'il nous quitte, Il faut quitter l'amour. D'un lien...

La retraite. - Victoire Babois

Heureux l'amant de la retraite ! Il a des plaisirs sûrs, il goûte un doux sommeil. D'une âme égale et satisfaite, Il revoit chaque jour l'un à l'autre pareil. Au monde il n'est rien qu'il regrette. Sans projet, sans effort il trouve le bonheur. La contrainte jamais...

L'amour. - Victoire Babois

Tout n'est qu'amour dans la nature Pour un cœur enflammé d'amour : Le printemps nous rend la verdure Pour offrir un trône à l'amour ; L'astre brillant de la lumière Devient le flambeau de l'amour ; La nuit sur la nature entière Etend le bandeau de l'amour. Clarté...

À celui qui a trouvé mon chien. - Victoire Babois

Quand la jeunesse fuit loin d'un monde infidèle, Il faut aimer pourtant, car aimer est un bien. En oubliant qu'elle fut belle, Femme a vraiment besoin, j'en sais quelque nouvelle, D'un regard qui cherche le sien, Et son chien seul encore n'a des yeux que pour elle. Ô...

La boîte à la malice. - Victoire Babois

Quand je célèbre un si beau jour, D'aucune Muse mon amour N'implore le caprice ; Pour faire un couplet bien tourné, Maman, ne m'as-tu pas donné La Boîte à la malice ? Mon âme, malgré ce penchant, Dans les intrigues du méchant Sera toujours novice ; Car tu mis, par un...

Ismène. - Victoire Babois

Loin du méchant qui sut lui plaire Ismène goûtait le repos : Elle avait retrouvé sa mère ; Elle avait oublié ses maux. Tandis qu'au fond d'un bosquet sombre Un soir elle dormait en paix, Son ingrat la cherchait dans l'ombre : Les méchants ne dorment jamais. D'Ismène...

En lui envoyant mon portrait. - Victoire Babois

Sur mes traits, je le sais, à peine si les grâces Vont laisser en fuyant quelques légères traces, Que l'art le plus savant aurait peine à chercher ; Et pour en offrir une image, Le temps, que sans effroi je regarde marcher, M'avertit de me dépêcher. Mais que m'importe...