Emma. - Victoire Babois

Emma d'un clair ruisseau regardait l'onde pure, Et n'y voyait pas ses attraits ; Près d'elle il murmurait sous un ombrage frais, Sans qu'elle entendît son murmure. Une douce pâleur à ses touchants appas Semblait donner de nouveaux charmes : Immobile et pensive, Emma...

D'où vient ce tourment plein de charmes. - Victoire Babois

D'où vient ce tourment plein de charmes, Qui trouble mon cœur abattu ? Je cherche, et je n'ai rien perdu ; Mais pour qui donc coulent mes larmes ? Douleur que j'aime est avec moi ; Hélas ! Dites-moi donc pourquoi. Le murmure des eaux m'attire Au bord des ruisseaux...

Charmante lyre. - Victoire Babois

Charmante lyre, Où l'amitié grava mon nom, Dieux ! Quel transport divin m'inspire ! Oui, tu m'apportes d'Apollon L'heureux délire. Divine lyre, Couronne-toi d'un myrte heureux. Du dieu des vers je sens l'empire, Et des muses, des ris, des jeux L'heureux délire....

Chanson. - Victoire Babois

En vain l'Amour, disait Iris, Croit soumettre mon cœur surpris ; A ses traits il échappe. Je ris de ce méchant marmot, Et je le crois encore plus sot Que tous ceux qu'il attrape. Je revis Iris l'autre jour. « Sans doute, lui dis-je, à l'Amour Toujours ton cœur...

Aux charmes que sur toi nature a su répandre. - Victoire Babois

Aux charmes que sur toi nature a su répandre Quand le sort ajouta les trésors de Plutus, Sans doute par méprise il dotait les vertus ; Mais sa faveur volage il vient de la reprendre, Et tu crois qu'il t'abaisse ? Ah ! Respecte ton cœur, Et sépare du moins la honte du...

À mon père qui vient de perdre sa mère. - Victoire Babois

Le jour de sa fête Dans un deuil que mon cœur révère, Pour ta fête en ce jour, ô mon vertueux père ! Je n'offre point des fleurs : hélas ! Du noir cyprès La rose pour tes yeux serait encore trop près. Mais d'un cœur plein d'amour et de reconnaissance Reçois les...

À ma nièce Victoire. - Victoire Babois

Douce Victoire, aimable enfant, Dont l'air heureux, l'âge innocent, La joie et l'abandon, la naïve tendresse, Et la candeur et la finesse, Semblent rendre à mes yeux, à mon âme, à mes pleurs, L'objet de mes longues douleurs ; Je t'ai donné mon nom. Ah ! Ne va pas...

À ma fille décédée. - Victoire Babois

Ma fille ! ... Je t’appelle, hélas ! Et tu n'es plus ! Loin du climat qui te vit naître, Comme une tendre fleur, tu n'as fait que paraître. Je viens graver ici des regrets superflus. Ici sont renfermés, sous cette froide pierre, Tes grâces, ta beauté, tes talents, tes...

A ma fille. - Victoire Babois

Ô toi dont la pénible enfance S'écoule au milieu des douleurs, Toi, dont la fragile existence M'a déjà coûté tant de pleurs ; Ô ! De ta mère, Fille trop chère, Le ciel enfin comble les vœux, Et de ta vie, Las ! Tant chérie, Il daigne resserrer les nœuds. Déjà de ta...

Aimer pour aimer. - Victoire Babois

Rêvant aux métamorphoses Que les dieux faisaient jadis : « Belles se changeaient en roses, Disait l'aimable Doris. Heureux temps pour un cœur tendre ! S'il revenait un seul jour, Ce jour j'aimerais Silvandre, Sans redouter son amour. S'il cherchait un frais rivage, Je...