Un Bon Bourgeois dans sa maison - Victor Hugo

« Mais que je suis donc heureux d'être né en Chine ! Je possède une maison pour m'abriter, j'ai de quoi manger et boire, j'ai toutes les commodités de l'existence, j'ai des habits, des bonnets et une multitude d'agréments ; en vérité, la félicité la plus grande est...

On est Tibère, on est Judas, on est Dracon - Victor Hugo

On est Tibère, on est Judas, on est Dracon ; Et l'on a Lambessa, n'ayant plus Montfaucon. On forge pour le peuple une chaîne ; on enferme, On exile, on proscrit le penseur libre et ferme ; Tout succombe. On comprime élans, espoirs, regrets, La liberté, le droit,...

Le Chasseur noir - Victor Hugo

Qu'es-tu, passant ? Le bois est sombre, Les corbeaux volent en grand nombre, Il va pleuvoir. - Je suis celui qui va dans l'ombre, Le Chasseur Noir ! Les feuilles des bois, du vent remuées, Sifflent… on dirait Qu'un sabbat nocturne emplit de huées Toute la forêt ; Dans...

Le Parti du crime - Victor Hugo

« Amis et frères ! en présence de ce gouvernement infâme, négation de toute morale, obstacle à tout progrès social, en présence de ce gouvernement meurtrier du peuple, assassin de la République et violateur des lois, de ce gouvernement né de la force et qui doit périr...

Le plus haut attentat que puisse faire un homme - Victor Hugo

Le plus haut attentat que puisse faire un homme, C'est de lier la France ou de garrotter Rome C'est, quel que soit le lieu, le pays, la cité, D'ôter l'âme à chacun, à tous la liberté. Dans la curie auguste entrer avec l'épée, Assassiner la loi dans son temple frappée,...

Le Sacre - Victor Hugo

Sur l'air de Malbrouck Dans l'affreux cimetière, Paris tremble, ô douleur, ô misère ! Dans l'affreux cimetière Frémit le nénuphar. Castaing lève sa pierre, Paris tremble, ô douleur, ô misère ! Castaing lève sa pierre Dans l'herbe de Clamar, Et crie et vocifère, Paris...

Le Te Deum du 1er janvier 1852 - Victor Hugo

Prêtre, ta messe, écho des feux de peloton, Est une chose impie. Derrière toi, le bras ployé sous le menton, Rit la mort accroupie. Prêtre, on voit frissonner, aux cieux d'où nous venons Les anges et les vierges, Quand un évêque prend la mèche des canons Pour allumer...

Les Commissions mixtes - Victor Hugo

Ils sont assis dans l'ombre et disent : nous jugeons. Ils peuplent d'innocents les geôles, les donjons, Et les pontons, nefs abhorrées, Qui flottent au soleil sombres comme le soir, Tandis que le reflet des mers sur leur flanc noir Frissonne en écailles dorées. Pour...

Les Grands Corps de l'État - Victor Hugo

Ces hommes passeront comme un ver sur le sable. Qu'est-ce que tu ferais de leur sang méprisable ? Le dégoût rend clément. Retenons la colère âpre, ardente, électrique. Peuple, si tu m'en crois, tu prendras une trique Au jour du châtiment. Ô de Soulouque-deux burlesque...

Les Trois Chevaux - Victor Hugo

Trois chevaux, qu'on avait attachés au même arbre, Causaient. L'un, coureur leste à la croupe de marbre, Valait cent mille francs, était vainqueur d'Epsom, Et, tout harnaché d'or, s'écriait : sum qui sum ! Cela parle latin, les bêtes. Des mains blanches Cent fois de...

Luna - Victor Hugo

Ô France, quoique tu sommeilles, Nous t'appelons, nous les proscrits ! Les ténèbres ont des oreilles, Et les profondeurs ont des cris. Le despotisme âpre et sans gloire Sur les peuples découragés Ferme la grille épaisse et noire Des erreurs et des préjugés ; Il tient...

Napoléon III - Victor Hugo

Donc c'est fait. Dût rugir de honte le canon, Te voilà, nain immonde, accroupi sur ce nom ! Cette gloire est ton trou, ta bauge, ta demeure ! Toi qui n'as jamais pris la fortune qu'à l'heure, Te voilà presque assis sur ce hautain sommet ! Sur le chapeau d'Essling tu...

Nox - Victor Hugo

I C'est la date choisie au fond de ta pensée, Prince ! il faut en finir, – Cette nuit est glacée, viens, lève-toi ! Flairant dans l'ombre les escrocs, Le dogue Liberté gronde et montre ses crocs. Quoique mis par Carlier à la chaîne, il aboie. N'attends pas plus...

L'histoire a pour égout des temps comme les nôtres - Victor Hugo

L'histoire a pour égout des temps comme les nôtres, Et c'est là que la table est mise pour vous autres. C'est là, sur cette nappe où joyeux vous mangez, Qu'on voit, – tandis qu'ailleurs, nus et de fers chargés, Agonisent, sereins, calmes, le front sévère, Socrate à...

Ô drapeau de Wagram ! ô pays de Voltaire ! - Victor Hugo

Ô drapeau de Wagram ! ô pays de Voltaire ! Puissance, liberté, vieil honneur militaire, Principes, droits, pensée, ils font en ce moment De toute cette gloire un vaste abaissement. Toute leur confiance est dans leur petitesse. Ils disent, se sentant d'une chétive...

L'Homme a ri - Victor Hugo

M. Victor Hugo vient de publier à Bruxelles un livre qui a pour titre : Napoléon le Petit, et qui renferme les calomnies les plus odieuses contre le prince-président. On raconte qu'un des jours de la semaine dernière un fonctionnaire apporte ce libellé à Saint-Cloud....

Ô Robert, un conseil. Ayez l'air moins candide - Victor Hugo

Ô Robert, un conseil. Ayez l'air moins candide. Soyons homme d'esprit. Le moment est splendide, Je le sais ; le quart d'heure est chatoyant, c'est vrai Cette Californie est riche en minerai, D'accord ; mais cependant quand un préfet, un maire, Un évêque adorant le...

La Fin - Victor Hugo

(Jersey, 9 octobre 1853) Comme j'allais fermer ces pages inflexibles, Sur les trônes croulants, perdus par leur sauveur, La guerre s'est dressée, et j'ai vu, moi rêveur, Passer dans un éclair sa face aux cris terribles. Et j'ai vu frissonner l'homme de grand chemin !...

Ô soleil, ô face divine - Victor Hugo

Ô soleil, ô face divine, Fleurs sauvages de la ravine, Grottes où l'on entend des voix, Parfums que sous l'herbe ou devine, Ô ronces farouches des bois, Monts sacrés, hauts comme l'exemple, Blancs comme le fronton d'un temple, Vieux rocs, chêne des ans vainqueur, Dont...

Le Bord de la mer - Victor Hugo

HARMODIUS La nuit vient. Vénus brille. L'ÉPÉE Harmodius, c'est l'heure ! LA BORNE DU CHEMIN Le tyran va passer. HARMODIUS J'ai froid, rentrons. UN TOMBEAU Demeure. HARMODIUS Qu'es-tu ? LE TOMBEAU Je suis la tombe. – Exécute, ou péris. UN NAVIRE A L'HORIZON Je suis la...

Le Chant de ceux qui s'en vont sur mer - Victor Hugo

Air breton Adieu, patrie ! L'onde est en furie. Adieu, patrie ! Azur ! Adieu, maison, treille au fruit mûr, Adieu, les fleurs d'or du vieux mur ! Adieu, patrie ! Ciel, forêt, prairie ! Adieu, patrie, Azur ! Adieu, patrie ! L'onde est en furie. Adieu, patrie, Azur !...

A l'obéissance passive - Victor Hugo

I Ô soldats de l'an deux ! ô guerres ! épopées ! Contre les rois tirant ensemble leurs épées, Prussiens, autrichiens, Contre toutes les Tyrs et toutes les Sodomes, Contre le czar du nord, contre ce chasseur d'hommes Suivi de tous ses chiens, Contre toute l'Europe avec...

L'Egout de Rome - Victor Hugo

Voici le trou, voici l'échelle. Descendez. Tandis qu'au corps de garde en face on joue aux dés En riant sous le nez des matrones bourrues, Laissez le crieur rauque, assourdissant les rues, Proclamer le numide ou le dace aux abois, Et, groupés sous l'auvent des...

L'Empereur s'amure - Victor Hugo

Pour les bannis opiniâtres, La France est loin, la tombe est près. Prince, préside aux jeux folâtres, Chasse aux femmes dans les théâtres, Chasse aux chevreuils dans les forêts Rome te brûle le cinname, Les rois te disent : mon cousin. - Sonne aujourd'hui le glas,...

Liberté, Égalité, Fraternité - Victor Hugo

Liberté, Égalité, Fraternité est un poème de Victor Hugo paru dans Chansons des rues et de bois (1865). Il est composé de 15 quatrains en heptasyllabes aux rimes alternées. C’est une œuvre vivante, rythmée et engagée qui dénonce la volonté des hommes à faire la guerre...

Plein ciel - Victor Hugo

… Qu’importe le moment ! qu’importe la saison !La brume peut cacher dans le blême horizonLes Saturnes et les Mercures ;La bise, conduisant la pluie aux crins épars,Dans les nuages lourds grondant de toutes parts,Peut tordre des hydres obscures ; Qu’importe ! il va....

André Chénier - Victor Hugo

Ô belle, le charmant scandale des oiseauxDans les arbres, les fleurs, les prés et les roseaux,Les rayons rencontrant les aigles dans les nues.L'orageuse gaîté des néréides nuesSe jetant de l'écume et dansant dans les flots,Blancheurs qui font rêver au loin les...

Les mages - Victor Hugo

I Pourquoi donc faites-vous des prêtresQuand vous en avez parmi vous ?Les esprits conducteurs des êtresPortent un signe sombre et doux.Nous naissons tous ce que nous sommes.Dieu de ses mains sacre les hommesDans les ténèbres des berceaux ;Son effrayant doigt...

Les Canaris - Victor Hugo

Lorsqu’un vaisseau vaincu dérive en pleine mer ; Que ses voiles carrées Pendent le long des mâts, par les boulets de fer Largement déchirées ; Qu’on n’y voit que des morts tombés de toutes parts, Ancres, agrès, voilures, Grands mâts rompus, traînant leurs cordages...

Les deux îles - Victor Hugo

Dites-moi d’où il est venu, je vous dirai où il est allé. E. H. I Il est deux îles dont un monde Sépare les deux Océans, Et qui de loin dominent l’onde, Comme des têtes de géants. On devine, en voyant leurs cimes, Que Dieu les tira des abîmes Pour un formidable...

Les griffonnages de l’écolier - Victor Hugo

Charle a fait des dessins sur son livre de classe. Le thème est fatigant au point, qu’étant très lasse, La plume de l’enfant n’a pu se reposer Qu’en faisant ce travail énorme : improviser Dans un livre, partout, en haut, en bas, des fresques, Comme on en voit aux murs...

Soirée en mer - Victor Hugo

Près du pêcheur qui ruisselle, Quand tous deux, au jour baissant, Nous errons dans la nacelle, Laissant chanter l’homme frêle Et gémir le flot puissant ; Sous l’abri que font les voiles Lorsque nous nous asseyons, Dans cette ombre où tu te voiles Quand ton regard aux...

A celle qui est voilée - Victor Hugo

Tu me parles du fond d’un rêve Comme une âme parle aux vivants. Comme l’écume de la grève, Ta robe flotte dans les vents. Je suis l’algue des flots sans nombre, Le captif du destin vainqueur ; Je suis celui que toute l’ombre Couvre sans éteindre son cœur. Mon esprit...

À maman - Victor Hugo

Mon cœur me dit que c’est ta fête Je crois toujours mon cœur quand il parle de toi Maman, que faut-il donc que ce cœur te souhaite ? Des trésors ? Des honneurs ? Des trônes ? Non, ma foi ! Mais un bonheur égal au mien quand je te vois. Victor...

À Théophile Gautier - Victor Hugo

Ami, poète, esprit, tu fuis notre nuit noire. Tu sors de nos rumeurs pour entrer dans la gloire ; Et désormais ton nom rayonne aux purs sommets. Moi qui t’ai connu jeune et beau, moi qui t’aimais, Moi qui, plus d’une fois, dans nos altiers coups d’aile, Éperdu,...

Chanson (VII, 6) - Victor Hugo

Sa grandeur éblouit l’histoire. Quinze ans, il fut Le dieu que traînait la victoire Sur un affût ; L’Europe sous sa loi guerrière Se débattit. – Toi, son singe, marche derrière, Petit, petit. Napoléon dans la bataille, Grave et serein, Guidait à travers la mitraille...

Guerre civile - Victor Hugo

La foule était tragique et terrible ; on criait : À mort ! Autour d’un homme altier, point inquiet, Grave, et qui paraissait lui-même inexorable, Le peuple se pressait : À mort le misérable ! Et lui, semblait trouver toute simple la mort. La partie est perdue, on...

La mort du chien - Victor Hugo

Un groupe tout à l’heure était là sur la grève, Regardant quelque chose à terre : " Un chien qui crève ! " M’ont crié des enfants ; voilà tout ce que c’est ! Et j’ai vu sous leurs pieds un vieux chien qui gisait. L’océan lui jetait l’écume de ses lames. " Voilà trois...

Aux proscrits - Victor Hugo

I Semons ce qui demeure, ô passants que nous sommes ! Le sort est un abîme, et ses flots sont amers, Au bord du noir destin, frères, semons des hommes, Et des chênes au bord des mers ! Nous sommes envoyés, bannis, sur ce calvaire, Pour être vus de loin, d'en bas, par...

Jour de fête - Victor Hugo

Aux environs de Paris Midi chauffe et sèche la mousse ; Les champs sont pleins de tambourins ; On voit dans une lueur douce Des groupes vagues et sereins. Là-bas, à l'horizon, poudroie Le vieux donjon de saint Louis ; Le soleil dans toute sa joie Accable les champs...

Ce que dit la bouche d'ombre (I) - Victor Hugo

... Les fleurs souffrent sous le ciseau, Et se ferment ainsi que des paupières closes ; Toutes les femmes sont teintes du sang des roses ; La vierge au bal, qui danse, ange aux fraîches couleurs, Et qui porte en sa main une touffe de fleurs, Respire en souriant un...

L'oubli - Victor Hugo

Autrefois inséparables, Et maintenant séparés. Gaie, elle court dans les prés, La belle aux chants adorables ; La belle aux chants adorés, Elle court dans la prairie ; Les bois pleins de rêverie De ses yeux sont éclairés. Apparition exquise ! Elle marche en soupirant,...

Trois ans après - Victor Hugo

Il est temps que je me repose ;Je suis terrassé par le sort.Ne me parlez pas d'autre choseQue des ténèbres où l'on dort ! Que veut-on que je recommence ?Je ne demande désormaisA la création immenseQu'un peu de silence et de paix ! Pourquoi m'appelez-vous encore ?J'ai...

Ce que dit la bouche d'ombre (II) - Victor Hugo

Espérez ! espérez ! espérez, misérables ! Pas de deuil infini, pas de maux incurables, Pas d'enfer éternel ! Les douleurs vont à Dieu, comme la flèche aux cibles ; Les bonnes actions sont les gonds invisibles De la porte du ciel. Le deuil est la vertu, le remords est...

Le satyre - Victor Hugo

Un satyre habitait l'Olympe, retiré Dans le grand bois sauvage au pied du mont sacré ; Il vivait là, chassant, rêvant, parmi les branches ; Nuit et jour, poursuivant les vagues formes blanches, Il tenait à l'affût les douze ou quinze sens Qu'un faune peut braquer sur...

Laissez. - Tous ces enfants sont bien là - Victor Hugo

Laissez. - Tous ces enfants sont bien là. - Qui vous dit Que la bulle d'azur que mon souffle agrandit A leur souffle indiscret s'écroule ? Qui vous dit que leurs voix, leurs pas, leurs jeux, leurs cris, Effarouchent la muse et chassent les péris ?... - Venez, enfants,...

Chanson des oiseaux - Victor Hugo

Vie ! ô bonheur ! bois profonds, Nous vivons. L'essor sans fin nous réclame ; Planons sur l'air et les eaux ! Les oiseaux Sont de la poussière d'âme. Accourez, planez ! volons Aux vallons, A l'antre, à l'ombre, à l'asile ! Perdons-nous dans cette mer De l'éther Où la...

Le cantique de Bethphagé - Victor Hugo

CHOEUR DE FEMMES L'ombre des bois d'Aser est toute parfumée. Quel est celui qui vient par le frais chemin vert ? Est-ce le bien-aimé qu'attend la bien-aimée ? Il est jeune, il est doux. Il monte du désert Comme de l'encensoir s'élève une fumée. Est-ce le bien-aimé...

Hier, la nuit d'été, qui nous prêtait ses voiles - Victor Hugo

Hier, la nuit d'été, qui nous prêtait ses voiles, Était digne de toi, tant elle avait d'étoiles ! Tant son calme était frais ! tant son souffle était doux ! Tant elle éteignait bien ses rumeurs apaisées ! Tant elle répandait d'amoureuses rosées Sur les fleurs et sur...

La fiancée du timbalier - Victor Hugo

" Monseigneur le duc de Bretagne A, pour les combats meurtriers, Convoqué de Nante à Mortagne, Dans la plaine et sur la montagne, L'arrière-ban de ses guerriers. Ce sont des barons dont les armes Ornent des forts ceints d'un fossé ; Des preux vieillis dans les...

Le crapaud - Victor Hugo

Que savons-nous ? qui donc connaît le fond des choses ? Le couchant rayonnait dans les nuages roses ; C'était la fin d'un jour d'orage, et l'occident Changeait l'ondée en flamme en son brasier ardent ; Près d'une ornière, au bord d'une flaque de pluie, Un crapaud...

La pauvre fleur disait au papillon céleste - Victor Hugo

La pauvre fleur disait au papillon céleste : - Ne fuis pas ! Vois comme nos destins sont différents. Je reste, Tu t'en vas ! Pourtant nous nous aimons, nous vivons sans les hommes Et loin d'eux, Et nous nous ressemblons, et l'on dit que nous sommes Fleurs tous deux !...

La Terre - Hymne - Victor Hugo

Elle est la terre, elle est la plaine, elle est le champ. Elle est chère à tous ceux qui sèment en marchant ; Elle offre un lit de mousse au pâtre ; Frileuse, elle se chauffe au soleil éternel, Rit, et fait cercle avec les planètes du ciel Comme des sœurs autour de...

Charles Vacquerie - Victor Hugo

Il ne sera pas dit que ce jeune homme, ô deuil ! Se sera de ses mains ouvert l'affreux cercueil Où séjourne l'ombre abhorrée, Hélas ! et qu'il aura lui-même dans la mort De ses jours généreux, encor pleins jusqu'au bord, Renversé la coupe dorée, Et que sa mère, pâle...

Fonction du poète - Victor Hugo

(extrait) Peuples ! écoutez le poète ! Écoutez le rêveur sacré ! Dans votre nuit, sans lui complète, Lui seul a le front éclairé. Des temps futurs perçant les ombres, Lui seul distingue en leurs flancs sombres Le germe qui n'est pas éclos. Homme, il est doux comme une...

La rose de l'infante - Victor Hugo

Elle est toute petite ; une duègne la garde. Elle tient à la main une rose et regarde. Quoi ? que regarde-t-elle ? Elle ne sait pas. L'eau ; Un bassin qu'assombrit le pin et le bouleau ; Ce qu'elle a devant elle ; un cygne aux ailes blanches, Le bercement des flots...

Les oiseaux - Victor Hugo

Je rêvais dans un grand cimetière désert ; De mon âme et des morts j'écoutais le concert, Parmi les fleurs de l'herbe et les croix de la tombe. Dieu veut que ce qui naît sorte de ce qui tombe. Et l'ombre m'emplissait. Autour de moi, nombreux, Gais, sans avoir souci de...

Un manque - Victor Hugo

Pourquoi donc s'en est-il allé, le doux amour ? Ils viennent un moment nous faire un peu de jour, Puis partent. Ces enfants, que nous croyons les nôtres, Sont à quelqu'un qui n'est pas nous. Mais les deux autres, Tu ne les vois donc pas, vieillard ? Oui, je les vois,...

Lettre à une femme - Victor Hugo

(par ballon monté, 10 janvier) Paris terrible et gai combat. Bonjour, madame. On est un peuple, on est un monde, on est une âme. Chacun se donne à tous et nul ne songe à soi. Nous sommes sans soleil, sans appui, sans effroi. Tout ira bien pourvu que jamais on ne...

La vie aux champs - Victor Hugo

Le soir, à la campagne, on sort, on se promène, Le pauvre dans son champ, le riche en son domaine ; Moi, je vais devant moi ; le poète en tout lieu Se sent chez lui, sentant qu'il est partout chez Dieu. Je vais volontiers seul. Je médite ou j'écoute. Pourtant, si...

Les paysans au bord de la mer - Victor Hugo

I Les pauvres gens de la côte, L'hiver, quand la mer est haute Et qu'il fait nuit, Viennent où finit la terre Voir les flots pleins de mystère Et pleins de bruit. Ils sondent la mer sans bornes ; Ils pensent aux écueils mornes Et triomphants ; L'orpheline pâle et...

Ô Charles, je te sens près de moi... - Victor Hugo

Ô Charles, je te sens près de moi. Doux martyr, Sous terre où l'homme tombe, Je te cherche, et je vois l'aube pâle sortir Des fentes de ta tombe. Les morts, dans le berceau, si voisin du cercueil, Charmants, se représentent ; Et pendant qu'à genoux je pleure, sur mon...

Heureux l'homme occupé... - Victor Hugo

Heureux l'homme, occupé de l'éternel destin, Qui, tel qu'un voyageur qui part de grand matin, Se réveille, l'esprit rempli de rêverie, Et, dès l'aube du jour, se met à lire et prie ! A mesure qu'il lit, le jour vient lentement Et se fait dans son âme ainsi qu'au...

Souvenir de la nuit du 4 - Victor Hugo

L'enfant avait reçu deux balles dans la tête. Le logis était propre, humble, paisible, honnête ; On voyait un rameau bénit sur un portrait. Une vieille grand-mère était là qui pleurait. Nous le déshabillions en silence. Sa bouche, Pâle, s'ouvrait ; la mort noyait son...

Toute la vie d'un cœur - Victor Hugo

Printemps. Mai le décrète, et c'est officiel. L'amour, cet enfer bleu très ressemblant au ciel, Emplit l'azur, les champs, les prés, les fleurs, les herbes ; Dans les hautes forêts lascives et superbes L'innocente nature épanouit son cœur Simple, immense, insulté par...

Quelques mots à un autre - Victor Hugo

On y revient ; il faut y revenir moi-même. Ce qu'on attaque en moi, c'est mon temps, et je l'aime. Certes, on me laisserait en paix, passant obscur, Si je ne contenais, atome de l'azur, Un peu du grand rayon dont notre époque est faite. Hier le citoyen, aujourd'hui le...

Tristesse d'Olympio - Victor Hugo

Les champs n'étaient point noirs, les cieux n'étaient pas mornes. Non, le jour rayonnait dans un azur sans bornes Sur la terre étendu, L'air était plein d'encens et les prés de verdures Quand il revit ces lieux où par tant de blessures Son cœur s'est répandu !...

Un grand sabre serait d'utilité publique - Victor Hugo

Un grand sabre serait d'utilité publique. Est-ce qu'il n'est pas temps d'exterminer la clique Des songeurs, des rêveurs, des penseurs, des savants, Et de tous ces semeurs jetant leur graine aux vents, Et de mettre au pavois celui qui nous fait taire, Et de souffler...

L'expiation - Victor Hugo

Il neigeait. On était vaincu par sa conquête. Pour la première fois l'aigle baissait la tête. Sombres jours ! l'empereur revenait lentement, Laissant derrière lui brûler Moscou fumant. Il neigeait. L'âpre hiver fondait en avalanche. Après la plaine blanche une autre...

Le poète dans les révolutions - Victor Hugo

" Le vent chasse loin des campagnes Le gland tombé des rameaux verts ; Chêne, il le bat sur les montagnes ; Esquif, il le bat sur les mers. Jeune homme, ainsi le sort nous presse. Ne joins pas, dans ta folle ivresse, Les maux du monde à tes malheurs ; Gardons,...

Les pauvres gens - Victor Hugo

Il est nuit. La cabane est pauvre, mais bien close. Le logis est plein d'ombre et l'on sent quelque chose Qui rayonne à travers ce crépuscule obscur. Des filets de pêcheur sont accrochés au mur. Au fond, dans l'encoignure où quelque humble vaisselle Aux planches d'un...

Petit Paul - Victor Hugo

Sa mère en le mettant au monde s'en alla. Sombre distraction du sort ! Pourquoi cela ? Pourquoi tuer la mère en laissant l'enfant vivre ? Pourquoi par la marâtre, ô deuil ! la faire suivre ? Car le père était jeune, il se remaria. Un an, c'est bien petit pour être...

La plume de Satan - Victor Hugo

La plume, seul débris qui restât des deux ailes De l'archange englouti dans les nuits éternelles, Était toujours au bord du gouffre ténébreux. Les morts laissent ainsi quelquefois derrière eux Quelque chose d'eux-mêmes au seuil de la nuit triste, Sorte de lueur vague...

Novembre - Victor Hugo

Je lui dis : La rose du jardin, comme tu sais, dure peu ; et la saison des roses est bien vite écoulée. SADI. Quand l'Automne, abrégeant les jours qu'elle dévore, Éteint leurs soirs de flamme et glace leur aurore, Quand Novembre de brume inonde le ciel bleu, Que le...

Conclusion - Victor Hugo

Il est ! Mais nul cri d'homme ou d'ange, nul effroi, Nul amour, nulle bouche, humble, tendre ou superbe, Ne peut balbutier distinctement ce verbe ! Il est ! il est ! il est ! il est éperdument ! Tout, les feux, les clartés, les cieux, l'immense aimant, Les jours, les...

Le poète bat aux champs - Victor Hugo

I Aux champs, compagnons et compagnes ! Fils, j'élève à la dignité De géorgiques les campagnes Quelconques où flambe l'été ! Flamber, c'est là toute l'histoire Du cœur, des sens, de la saison, Et de la pauvre mouche noire Que nous appelons la raison. Je te fais...

Nuits d'hiver - Victor Hugo

I Comme la nuit tombe vite ! Le jour, en cette saison, Comme un voleur prend la fuite, S'évade sous l'horizon. Il semble, ô soleil de Rome, De l'Inde et du Parthénon, Que, quand la nuit vient de l'homme Visiter le cabanon, Tu ne veux pas qu'on te voie, Et que tu...

La vision de Dante - Victor Hugo

Dante m'est apparu. Voici ce qu'il m'a dit : I Je dormais sous la pierre où l'homme refroidit. Je sentais pénétrer, abattu comme l'arbre, L'oubli dans ma pensée et dans mes os le marbre. Tout en dormant je crus entendre à mon côté Une voix qui parlait dans cette...

Les Djinns - Victor Hugo

Les Djinns est un poème de Victor Hugo paru dans le recueil Les Orientales (1829). Il fait le récit du passage de djinns, créatures surnaturelles de la mythologie arabique, autour de la maison du narrateur. La longueur des vers augmente à mesure qu'ils se rapproche et...

L’Enfant - Victor Hugo

L'Enfant est un poème de Victor Hugo paru dans Les Orientales (1829). Il est composé de six sizains d'alexandrins (rimes AABCCB). Victor Hugo dénonce les horreurs de la guerre d'indépendance grecque et ses conséquences humaines à travers l'histoire d'un enfant...

Les Plus Beaux Poèmes de Victor Hugo

Si vous souhaitez lire ou relire les poèmes les plus célèbres et les plus beaux de Victor Hugo, vous êtes au bon endroit. Bien que l’art soit subjectif, j’ai tenté de sélectionner des poèmes incontournables de ce poète en me basant sur mes préférences personnelles et...

La prière pour tous (IV) - Victor Hugo

IV. À genoux, à genoux, à genoux sur la terre Où ton père a son père, où ta mère a sa mère, Où tout ce qui vécut dort d'un sommeil profond ! Abîme où la poussière est mêlée aux poussières, Où sous son père encore on retrouve des pères, Comme l'onde sous l'onde en une...

La prière pour tous (V) - Victor Hugo

V. Ce n'est pas à moi, ma colombe, De prier pour tous les mortels, Pour les vivants dont la foi tombe, Pour tous ceux qu'enferme la tombe, Cette racine des autels ! Ce n'est pas moi, dont l'âme est vaine, Pleine d'erreurs, vide de foi, Qui prierais pour la race...

La prière pour tous (VI) - Victor Hugo

VI. Comme une aumône, enfant, donne donc ta prière À ton père, à ta mère, aux pères de ton père ; Donne au riche à qui Dieu refuse le bonheur, Donne au pauvre, à la veuve, au crime, au vice immonde. Fais en priant le tour des misères du monde ; Donne à tous ! donne...

La prière pour tous (VII) - Victor Hugo

VII. Ô myrrhe ! ô cinname ! Nard cher aux époux ! Baume ! éther ! dictame ! De l'eau, de la flamme, Parfums les plus doux ! Prés que l'onde arrose ! Vapeurs de l'autel ! Lèvres de la rose Où l'abeille pose Sa bouche de miel ! Jasmin ! asphodèle ! Encensoirs flottants...

La prière pour tous (VIII) - Victor Hugo

VIII. Quand elle prie, un ange est debout auprès d'elle, Caressant ses cheveux des plumes de son aile, Essuyant d'un baiser son oeil de pleurs terni, Venu pour l'écouter sans que l'enfant l'appelle, Esprit qui tient le livre où l'innocente épelle, Et qui pour remonter...

La prière pour tous (IX) - Victor Hugo

IX. Oh ! bien loin de la voie Où marche le pécheur, Chemine où Dieu t'envoie ! Enfant, garde ta joie ! Lis, garde ta blancheur ! Sois humble ! que t'importe Le riche et le puissant ! Un souffle les emporte. La force la plus forte C'est un coeur innocent ! Bien souvent...

La prière pour tous (X) - Victor Hugo

X. Et toi, céleste ami qui gardes son enfance, Qui le jour et la nuit lui fais une défense De tes ailes d'azur ! Invisible trépied où s'allume sa flamme ! Esprit de sa prière, ange de sa jeune âme, Cygne de ce lac pur ! Dieu te l'a confiée et je te la confie !...

La mort du duc de Berry - Victor Hugo

Le Meurtre, d'une main violente, brise les liens Les plus sacrés, La Mort vient enlever le jeune homme florissant, Et le Malheur s'approche comme un ennemi rusé Au milieu des jours de fête. Schiller. I. Modérons les transports d'une ivresse insensée ; Le passage est...

La reculade - Victor Hugo

I. Je disais : — Ces soldats ont la tête trop basse. Il va leur ouvrir des chemins. Le peuple aime la poudre, et quand le clairon passe La France chante et bat des mains. La guerre est une pourpre où le meurtre se drape ; Il va crier son : quos ego ! Un beau jour, de...

La naissance du duc de Bordeaux - Victor Hugo

Le ciel... prodigue en leur faveur les miracles. La postérité de Joseph rentre dans la terre de Gessen ; Et cette conquête, due aux larmes des vainqueurs,Ne coûte pas une larme aux vaincus. Chateaubriand, Martyrs. I. Savez-vous, voyageur, pourquoi, dissipant l'ombre,...

La satire à présent, chant où se mêle un cri - Victor Hugo

La satire à présent, chant où se mêle un cri, Bouche de fer d'où sort un sanglot attendri, N'est plus ce qu'elle était jadis dans notre enfance, Quand on nous conduisait, écoliers sans défense, À la Sorbonne, endroit revêche et mauvais lieu, Et que, devant nous tous...

La nuit - Victor Hugo

I. Le ciel d'étain au ciel de cuivre Succède. La nuit fait un pas. Les choses de l'ombre vont vivre. Les arbres se parlent tout bas. Le vent, soufflant des empyrées, Fait frissonner dans l'onde où luit Le drap d'or des claires soirées, Les sombres moires de la nuit....

L'ascension humaine - Victor Hugo

Tandis qu'au loin des nuées, Qui semblent des paradis, Dans le bleu sont remuées, Je t'écoute, et tu me dis : « Quelle idée as-tu de l'homme, « De croire qu'il aide Dieu ? « L'homme est-il donc l'économe « De l'eau, de l'air et du feu ? « Est-ce que, dans son armoire,...

La pauvre fleur - Victor Hugo

La pauvre fleur disait au papillon céleste — Ne fuis pas ! Vois comme nos destins sont différents. Je reste, Tu t'en vas ! Pourtant nous nous aimons, nous vivons sans les hommes Et loin d'eux, Et nous nous ressemblons, et l'on dit que nous sommes Fleurs tous deux !...

La société est sauvée - Victor Hugo

France ! à l'heure où tu te prosternes, Le pied d'un tyran sur ton front, La voix sortira des cavernes Les enchaînés tressailleront. Le banni, debout sur la grève, Contemplant l'étoile et le flot, Comme ceux qu'on entend en rêve, Parlera dans l'ombre tout haut ; Et...

La peau de tigre - Victor Hugo

Quand la marquise était avec le roi fâchée, Avant l'invention d'Esther par Mardochée, Afin que chez Vasti Sa Majesté rentrât, Il fallait mieux qu'un prince et plus qu'un magistrat ; Il fallait, pour conduire Alcandre à Cydalise, Quelqu'un qui fût lettré, mais qui fût...

La statue (II) - Victor Hugo

IL semblait grelotter, car la bise était dure. C'était, sous un amas de rameaux sans verdure, Une pauvre statue, au dos noir, au pied vert, Un vieux faune isolé dans le vieux parc désert, Qui, de son front penché touchant aux branches d'arbre, Se perdait à mi-corps...

La pente de la rêverie - Victor Hugo

Obscuritate rerum verba saepè obscurantur. GERVASIUS TILBERIENSIS. Amis, ne creusez pas vos chères rêveries ; Ne fouillez pas le sol de vos plaines fleuries ; Et quand s'offre à vos yeux un océan qui dort, Nagez à la surface ou jouez sur le bord. Car la pensée est...

L'autre président - Victor Hugo

I. Donc, vieux partis, voilà votre homme consulaire ! Aux jours sereins, quand rien ne nous vient assiéger, Dogue aboyant, dragon farouche, hydre en colère ; Taupe aux jours du danger ! Pour le mettre à leur tête, en nos temps que visite La tempête, brisant le cèdre...