Les demoiselles de ce temps - Vincent Voiture

Les demoiselles de ce temps Ont depuis peu beaucoup d'amants ; On dit qu'il n'en manque à personne, L'année est bonne. Nous avons vu les ans passés Que les galants étaient glacés ; Mais maintenant tant en foisonne, L'année est bonne. Le temps n'est pas bien loin encor...

Sur une Dame - Vincent Voiture

sur une Dame, dont la juppe fut retroussée en versant dans un carrosse, à la campagne. Philis, je suis dessous vos loix, Et sans remede à cette fois, Mon ame est vostre prisonniere : Mais sans justice et sans raison, Vous m'avez pris par le derriere, N'est-ce pas une...

Les Plus Beaux Poèmes de Vincent Voiture

Voici le meilleur de la poésie de Vincent Voiture. Des portes du matin l'Amante de Céphale - Vincent Voiture Des portes du matin l'Amante de Céphale,Ses roses épandait dans le milieu des airs,Et jetait sur les cieux nouvellement ouvertsCes traits d'or et d'azur qu'en...

Épitaphe - Vincent Voiture

Ci gist un petit garçonnet Qui mourut par les mains cruelles De deux mechantes demoiselles Sur le chemin de Bagnolet. Mais son trepas fut glorieux Autant que sa mort fut cruelle, Puisqu’il mourut devant les yeux De la princesse la plus belle Qui fust jamais dessous...

Regrets sur la mort du Rondeau - Vincent Voiture

Pleurez mes yeux, et vous fondez en eau, Toute ma joie est enclose au tombeau. Un jeune enfant, ma chère nourriture Vient d'être mis dans cette sépulture. Qui le croirait ! c'est le petit Rondeau. Je fus son père, et sa mère Isabeau. Ô vous jadis qui le vîtes si beau,...

Il faut finir mes jours en l'amour d'Uranie - Vincent Voiture

Il faut finir mes jours en l'amour d'Uranie, L'absence ni le temps ne m'en sauraient guérir, Et je ne vois plus rien qui me pût secourir, Ni qui sût r'appeler ma liberté bannie. Dès long-temps je connais sa rigueur infinie, Mais pensant aux beautés pour qui je dois...

Si haut je veux louër Sylvie - Vincent Voiture

Si haut je veux louër Sylvie, Que tout autre en meure d'envie : Sa personne est pleine d'appas, Les Amours naissent sous ses pas, Et c'est par eux qu'elle est servie. De cent vertus elle est suivie, Son cœur tient mon ame ravie, Et les Conquerans ne l'ont pas Si haut....

J'avois de l'Amour pour vous - Vincent Voiture

J'avois de l'Amour pour vous, Charmante Sylvie, Mais vos injustes courroux Ont refroidy mon envie, Je sçais aymer constamment, Mais si l'on n'ayme esgalement, Ma foy je m'en ennuye. Vostre bouche, et vos beaux yeux Les Roys de ma vie, Et vostre ris gracieux, Avoient...

Sonnet d’Uranie - Vincent Voiture

Il faut finir mes jours en l’amour d’Uranie ! L’absence ni le temps ne m’en sauraient guérir, Et je ne vois plus rien qui me pût secourir, Ni qui sût rappeler ma liberté bannie. Dès longtemps je connais sa rigueur infinie ! Mais, pensant aux beautés pour qui je dois...

Je me meurs tous les jours en adorant Sylvie - Vincent Voiture

Je me meurs tous les jours en adorant Sylvie, Mais dans les maux dont je me sens perir, Je suis si content de mourir, Que ce plaisir me redonne la vie. Quand je songe aux beautez, par qui je suis la proye De tant d'ennuis qui me vont tourmentant, Ma tristesse me rend...

Sous un habit de fleurs, la Nymphe que j'adore - Vincent Voiture

Sous un habit de fleurs, la Nymphe que j'adore, L'autre soir apparut si brillante en ces lieux, Qu'à l'éclat de son teint et celui de ses yeux, Tout le monde la prit pour la naissante Aurore. La Terre, en la voyant, fit mille fleurs éclore, L'air fut partout rempli de...

L'Amour sous sa loy - Vincent Voiture

L'Amour sous sa loy N'a jamais eu d'Amant plus heureux que moy ; Benit soit son flambeau, Son carquois, son bandeau, Je suis amoureux, Et le Ciel ne voit point d'Amant plus heureux. Mes jours et mes nuits Ont bien peu de repos, et beaucoup d'ennuis ; Je me meurs de...

Tout beau corps, toute belle image - Vincent Voiture

Tout beau corps, toute belle image Sont grossiers auprès du visage Que Philis a receu des cieux, Sa bouche, son ris et ses yeux Mettent tous les cœurs au pillage. Sa gorge est un divin ouvrage, Rien n'est si droit que son corsage, En fin elle a, pour dire mieux, Tout...

Le Soleil ne voit icy ba - Vincent Voiture

Le Soleil ne voit icy bas Rien qui ne cede aux doux appas Dont Caliste nous ensorcelle, Son air n'est pas d'une mortelle, Sa bouche, ses mains, ny ses bras. Ses beaux yeux causent cent trespas, Ils esclairent tous ces climats, Et portent en chaque prunelle Le Soleil....

Trois jours entiers, et trois entieres nuits - Vincent Voiture

Trois jours entiers, et trois entieres nuits, Bien lentement se sont passez depuis Que j'ay perdu la clarté souveraine De deux Soleils, les beaux yeux de ma Reine, Pour qui les miens souloient estre conduits. Sans leur objet je pleure, et je ne puis Trouver remede au...

À une Demoiselle qui avait les manches - Vincent Voiture

À une Demoiselle qui avait les manches de sa chemise retroussées et sales Vous qui tenez incessammentCent amants dedans votre manche,Tenez-les au moins proprement,Et faites qu'elle soit plus blanche. Vous pouvez avecque raison,Usant des droits de la victoire,Mettre...

Lors qu'avecque deux mots que vous daignâtes dire - Vincent Voiture

Lors qu'avecque deux mots que vous daignâtes dire, Vous sûtes arrêter mes peines pour jamais, Et qu'après m'avoir fait endurer le martyre, Vous m'ouvrîtes les Cieux, et me mîtes en paix. Mille attraits, dont encor le souvenir me touche, Couvrirent à mes yeux vôtre...

Vous de qui l'œil est mon vainqueur - Vincent Voiture

Vous de qui l'œil est mon vainqueur ; Belle qui causastes l'orage, Qui soufla premier en mon cœur, Les feux de l'Amoureuse rage. Dans l'ardent brasier qui m'outrage, Vous ne sçauriez plus me garder, Si vous ne me donnez pour gage, Ce que je n'ose demander. Je ne...

Ballade - Vincent Voiture

Toy qu'une étoile favorable Retient au gré de ses desirs, Dans cette ville desirable Où demeurent tous les plaisirs ; Chasse la tristesse importune, Pren le temps pendant qu'il est tien, Jouïs de ta bonne fortune, Mange mon loup, mange mon chien. Les plaisirs sont...

Ma foi, c'est fait de moi - Vincent Voiture

Ma foi, c'est fait de moi. Car Isabeau M'a conjuré de lui faire un rondeau. Cela me met en une peine extrême. Quoi treize vers : huit en eau, cinq en ème ! Je lui ferais aussitôt un bateau. En voilà cinq pourtant en un monceau. Faisons-en huit, en invoquant Brodeau,...