Ce voile blanc, que vous m’avez donné,
Je le compare à ma foy nette, et franche :
L’antique foy portoit la robe blanche,
Mon cœur tout blanc est pour vous ordonné.

Son beau caré d’ouvrage environné,
Seul ornement et thesor de ma manche,
Pour vostre nom, porte l’heureuse branche
De l’arbre sainct dont je suis couronné.

Mile couleurs par l’aiguille y sont jointes,
Amour a faict en mon cœur mile pointes.
Là, sont encor’ sans fruict bien mile fleurs.

O voile heureux, combien tu es utile
Pour essuyer l’œil, qui en vain distile
Du fond du cœur mile ruisseaux de pleurs !

Joachim du Bellay

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.