Celle, qui tient par sa fiere beauté
Les Dieux en feu, en glace’aise, et martire,
L’œil impiteux soudain de moy retire,
Quand je me plain’à sa grand’cruauté.

Si je la suy’ell’fuit d’autre couté
Si je me deulx, mes larmes la font rire,
Et si je veulx ou parler, ou ecrire,
D’elle jamais ne puis estre ecouté.

Mais (ô moy sot !) de quoy me doy-je plaindre,
Fors du desir, qui par trop hault ataindre,
Me porte au lieu, où il brusle ses aesles ?

Puis moy tumbé, Amour, qui ne permet
Finir mon dueil, soudain les luy remet,
Renouvelant mes cheutes eternelles.

Joachim du Bellay

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.