Celui qui va disant que la mort inhumaine
Délivre un amoureux des liens de l'amour
Est privé de raison comme les nuits du jour,
Il ne sentit jamais le mal qui me pourmène,

Car la mort ne saurait pour arroser la plaine
Du sang d'un pauvre cœur où ce dieu fait séjour,
Faire que ce tyran, ce rigoureux vautour,
Ne lui fasse sentir des feux et de la peine.

Las ! Je mourus un jour entamé de ses traits,
Mais je revins en vie incontinent après,
Merveille qu'un mortel ne put jamais comprendre.

Bref tout mort et transi je souffris du tourment,
Et donc il est certain que la mort d'un amant
Est la mort du Phénix qui renaît de ses cendres.


Siméon-Guillaume de La Roque

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème sélectionné au hasard.

Coloriages, Livres et Poésie à Imprimer. Tout est gratuit !

Utilisez les liens ci-dessous pour découvrir tous les produits gratuits que j'ai créés pour vous :

Merci de me permettre de vous offrir plus de 16000 poèmes, de la poésie sur YouTube et des activités de méditation créatrice !
Johann