Helas ! elle s'en va : je ne la verray plus ;
A ma juste douleur il faut bien que je cede.
Que les regrets sont superflus
Dans les maux dont la mort est l'unique remede !
Apres un tel mal-heur
Si j'aymois encore la vie,
Que diroit mon amour ? que diroit ma douleur ?
Et que diroit Silvie ?

Ses yeux, doux et flateurs et jamais courroucez,
Me faisoient dans mes fers trouver mille delices.
Pour des plaisirs si tost passez,
Faut-il donc que mon cœur souffre tant de supplices ?
Mais bien tost, la douleur
D'estre loing des yeux de Silvie
Va finir mon amour, va finir mon malheur
En finissant ma vie.


Paul Scarron

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.