Helas ! elle s'en va : je ne la verray plus ;
A ma juste douleur il faut bien que je cede.
Que les regrets sont superflus
Dans les maux dont la mort est l'unique remede !
Apres un tel mal-heur
Si j'aymois encore la vie,
Que diroit mon amour ? que diroit ma douleur ?
Et que diroit Silvie ?

Ses yeux, doux et flateurs et jamais courroucez,
Me faisoient dans mes fers trouver mille delices.
Pour des plaisirs si tost passez,
Faut-il donc que mon cœur souffre tant de supplices ?
Mais bien tost, la douleur
D'estre loing des yeux de Silvie
Va finir mon amour, va finir mon malheur
En finissant ma vie.


Paul Scarron

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème sélectionné au hasard.

Coloriages, Livres et Poésie à Imprimer. Tout est gratuit !

Utilisez les liens ci-dessous pour découvrir tous les produits gratuits que j'ai créés pour vous :

Merci de me permettre de vous offrir plus de 16000 poèmes, de la poésie sur YouTube et des activités de méditation créatrice !
Johann