Je suis un sale ivrogne, dam !
Et j’ai donc reçu d’Amsterdam 
Un panier ou deux de Schiedam. 

Mais seulement le péager,
Qu’il me faut pourtant ménager,
À moins que de le négliger 

M’interdit — il a bien raison ! — 
D’introduire dans ma maison 
Ce trop pardonnable poison. 

Je vole à la gare du Nord,
Mais j’y pense : or voici que l’ord-
E misère est là qui me mord…

Hélas ! comment faire, Vanier ?
Je n’ai plus l’ombre d’un denie
Pour vous offrir un verre ou deux de ce panier.

Paul Verlaine

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.