Je sais combien vaine est l’image
Que l’illusion du décor
Prête au fantastique nuage,
Dans le lointain des couchants d’’or ;

Je sais pourquoi la lune est pâle
Et pleure des bonheurs enfuis,
Ainsi qu’une larme d’opale,
Dans le lointain des tristes nuits ;

De l’abîme écartant les voiles,
Je puis lire, en lettres de feu,
Qu’il n’est pas de fin aux étoiles,
Dans le lointain du pays bleu ;

Mais je n’ai pas compris votre âme
Et ses frissons mystérieux,
Quand j’ai voulu lire, Madame,
Dans le lointain de vos beaux yeux.


Charles Gill

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.