Margot, qui en riant se mordait les oreilles,
Tant la bouche elle avait d'une énorme grandeur,
À Robin, qui avait le nez grand à merveilles,
Reprochait que son nez était un affronteur.

Puis fiez-vous, dit-elle, au proverbe menteur,
Et par l'ancre jugez de la grosseur du câble !
Tout beau, ce dit Robin, n'entre point en fureur,
Margot, accordons-nous plutôt à l'amiable.

Le proverbe est-il pas en ce point véritable
Qu'à la bouche on connaît l'orifice d'en-bas ?
C'est donc ta vérité qui engendre ma fable :
Si mon nez est menteur, ta bouche ne l'est pas.


Jean Auvray

Découvrez Poésie Postale, votre abonnement mensuel pour recevoir des poèmes inédits et œuvres d'art originales par la poste, le tout dans une enveloppe scellée à la cire.

Gâtez-vous ou offrez de la poésie en cadeau !

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.