Déjà le ciel prenait sa cape noire,
Le blond Soleil sommeillait sous les eaux,
Quand mon esprit au fort de ses travaux,
Songeant, brûlant, pressait ton corps d'ivoire.

Mais le pauvret, ruiné pour le croire,
Vit tout soudain au lever des chevaux,
Qui du clair Pô renomment les ruisseaux,
Réduire en vent son plaisir et sa gloire.

Ce n'est pas toi, ma belle, que j'ai vu
Ce n'est pas toi qui m'as jeté ce feu
Qui va brûlant d'une flammèche ingrate.

Mon triste cœur, tu as plus de douceur,
Hélas ! c'est toi, car ton bel œil vainqueur
A nuit et jour la vertu d'Harmocrate.


Joachim Bernier de La Brousse

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème sélectionné au hasard.

Coloriages, Livres et Poésie à Imprimer. Tout est gratuit !

Utilisez les liens ci-dessous pour découvrir tous les produits gratuits que j'ai créés pour vous :

Merci de me permettre de vous offrir plus de 16000 poèmes, de la poésie sur YouTube et des activités de méditation créatrice !
Johann