Tu ne peux le comprendre et ta bouche blasphème :
Porte moins haut l’audace et connais-toi toi-même !
Le Mal est fils de l’homme et de sa volonté.
Cet arbre aux fruits mortels s’ouvrit sur la nature
Du jour où l’Éternel fit à sa créature
Le présent de la liberté.

L’homme, hélas ! en a mal usé : voilà son crime !
Du superbe et du fort, du faible qu’on opprime,
Un jour Dieu jugera l’orgueil et les douleurs.
Humble, à tes malheurs même il faut donc te soumettre,
Toi qui dois rendre compte à ton souverain maître
Du trésor amer de tes pleurs.


Auguste Lacaussade

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.