Dieu, qui changeant avec’ obscure mort
Ta bienheureuse, et immortelle vie,
Fus aux pecheurs prodigue de ta vie,
Pour les tirer de l’eternelle mort :

Celle pitié coupable de ta mort
Guide les paz de ma facheuse vie,
Tant, que par toy à plus joyeuse vie
Je soy’ conduit du travail de la mort.

N’avise point, ô Seigneur ! que ma vie
Se soit noyée aux ondes de la mort,
Qui me distrait d’une si doulce vie.

Oste la palme à cet’ injuste mort,
Qui jà s’en va superbe de ma vie,
Et morte soit tousjours pour moy la mort.

Joachim du Bellay

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.