O souvenir d’enfance et le lait nourricier
Et ô l’adolescence et son essor princier !
Quand j’étais tout petit garçon j’avais coutume
Pour évoquer la Femme et bercer l’amertume
De n’avoir qu’une queue imperceptible bout
Dérisoire, prépuce immense sous quoi bout
Tout le sperme à venir, ô terreur sébacée,
De me branler avec cette bonne pensée
D’une bonne d’enfant à motte de velours.


Depuis je décalotte et me branle toujours !


Paul Verlaine

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.