Douce maîtresse et douces vos façons,
Douce la bouche et douce la parole ,
Et doux votre œil qui doucement affole,
Faisant en moi douces les passions,

Doux vos regards, douces vos actions,
Doux l'entretien et douce la main molle,
Douce la voix qui doucement console
L'âme et le cœur en leurs afflictions,

Douce la grâce et douce la beauté
Qui ont ravi ma douce liberté,
Ô doux le mal qu'il faut pour vous souffrir !

Puisque l'on voit en vous tant de douceurs,
Faites au moins, quand pour vous je me meurs,
Je puisse un peu plus doucement mourir !


François Scalion de Virbluneau

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.