Du ciel descend tout celeste pouvoir,
Pour decorer cet’ame bien heureuse,
Qui dessus toy ma terre plantureuse,
Comme un Phenix faict ses aesles mouvoir.

Le Dieu de Loire enflammé de la voir
Ard jusq’au fond de son oncle plus creuse.
O grand’ beauté, ô puissance amoureuse,
Qui faict aux eaux nouveau feu concevoir !

S’elle est à rive, il semble que les fleuves
Tardent leurs cours : s’elle erre par les bois,
Les chesnes vieulx en prennent robes neufves.

Le ciel courbé se mire dans ses yeulx :
Echo respond à sa divine voix,
Qui faict mourir les hommes, et les Dieux.

Joachim du Bellay

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.