Beauté premiere, admirable ornement,
Vie, clarté, nourriture du monde,
Pere Apollon, dont la sainte faconde
A enyvré mon jeune entendement,

Soit qu'esclairer tu voyses promtement
L'autre moytié de cette terre ronde :
Soit que laver veuilles ta teste blonde
Au grand poly du liquide element :

Tardes tes pas, et tes heures encore
(Vierges qui ont l'aile au vol tousjours preste)
Arreste au point de ma fortune heureuse :

Ce temps pendant que celle qui honore
La terre, autant que toy le ciel, me preste
La main privée, et l'oreille piteuse.


Guillaume Des Autelz

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.