Rod, ce maître des élégances,
Genevois fringant et flûté 
Au prix, flagrances et fragrances,
De qui Brummel est un raté. 

Rod qu’on surnomme Alcibiade 
De Berne à Lucerne et d’Uri 
Jusqu’en Bâle, Rod un peu fade,
Ce Rod ineffable a souri,

Paraît-il, de ma mine affreuse-
Ment peuple et sans nul galbe exquis 
Comme aussi de la malheureuse 
Absence en moi du ton marquis,

Du verbe Watteau (sauf en rimes),
Du je-ne-sais-quoi polisson 
De bonne compagnie, escrimes 
De mots, enfin de cet air…, son 

Air à lui, Rod qui si bien mêle
La science à l’urbanité 
Et ne trouve pas de rebelle 
Aux champs non plus qu’en la cité… 

Ô maître tu me vois confondre 
Par ton verdict, en quel émoi !
Et je ne puis que te répondre :

— « Je suis un honnête homme, moi ! »

Paul Verlaine

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.