Pleurs, lamentations d’amour, détresse, haine,
Désespoirs, sanglots immortels,
Doute qui s’agenouille au pied des vieux autels,
Musset, toute l’angoisse humaine !

Pour avoir écouté chanter les passions, ―
Sirènes, voix d’or dans la brume,
Merveilles qui ne sont, hélas ! que fictions, ―
Grand cœur ravagé d’amertume !

Tu ne seras jamais comme les autres morts :
La Muse veille à ton épaule.
Après une nuit triste, étendu sous le saule,
Poète fatigué, tu dors…


Albert Lozeau

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.