Bercé par la chanson troublante de Verlaine,
Qui soupire, se plaint de vivre et rit à peine,
Et désespérément, des larmes plein la voix,
Se souvient des beaux jours candides d’autrefois,
Regrette ses péchés charnels, allume un cierge,
Brûle un sonnet aux pieds de la très sainte Vierge,
Et supplie à genoux, doigts joints, la Trinité
D’exorciser son cœur par le mal habité,
Et qui, faible de chair, à la première embûche, ―
Robe pâle, dans l’ombre, ― hésite, va, trébuche
Et tombe, ― par un soir de lune merveilleux
Où montent des parfums de jardin vers les cieux ;

― Verlaine, ta chanson n’est pas toujours la bonne,
Me disais-je ; pourtant, je l’aime et j’en frissonne !
Ta Muse a passé trop de nuits aux cabarets,
Elle en a dit bien tard ses immortels regrets,
Et si le temps sur ses souillures jette un voile,
C’est que le repentir luit comme une étoile !


Albert Lozeau

Découvrez Poésie Postale, votre abonnement mensuel pour recevoir des poèmes inédits et œuvres d'art originales par la poste, le tout dans une enveloppe scellée à la cire.

Gâtez-vous ou offrez de la poésie en cadeau !

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.