Attendez. Je regarde une petite fille. 
Je ne la connais pas ; mais cela chante et brille ; 
C’est du rire, du ciel, du jour, de la beauté, 
Et je ne puis passer froidement à côté. 
Elle n’a pas trois ans. C’est l’aube qu’on rencontre. 
Peut-être elle devrait cacher ce qu’elle montre,
Mais elle n’en sait rien, et d’ailleurs c’est charmant. 
Cela, certes, ressemble au divin firmament 
Plus que la face auguste et jaune d’un évêque. 
Le babil des marmots est ma bibliothèque ; 
J’ouvre chacun des mots qu’ils disent, comme on prend 
Un livre, et j’y découvre un sens profond et grand, 
Sévère quelquefois. Donc j’écoute cet ange ; 
Et ce gazouillement me rassure, me venge, 
M’aide à rire du mal qu’on veut me faire, éteint 
Ma colère, et vraiment m’empêche d’être atteint 
Par l’ombre du hideux sombrero de Basile. 
Cette enfant est un cœur, une fête, un asile, 
Et Dieu met dans son souffle et Dieu mêle à sa voix 
Toutes les fleurs des champs, tous les oiseaux des bois ; 
Ma Jeanne, qui pourrait être sa sœur jumelle, 
Traînait, l’été dernier, un chariot comme elle, 
L’emplissait, le vidait, riait d’un rire fou, 
Courait. Tous les enfants ont le même joujou ; 
Tous les hommes aussi. C’est bien, va, sois ravie, 
Et traîne ta charrette, en attendant la vie. 

Louange à Dieu ! Toujours un enfant m’apaisa. 
Doux être ! voyez-moi les mains que ça vous a ! 
Allons, remettez donc vos bas, mademoiselle. 
Elle est pieds nus, elle est barbouillée, elle est belle ; 
Sa charrette est cassée, et, comme nous, ma foi, 
Elle se fait un char avec n’importe quoi.

Tout est char de triomphe à l’enfant comme à l’homme. 
L’enfant aussi veut être un peu bête de somme 
Comme nous ; il se fouette, il s’impose une loi ; 
Il traîne son hochet comme nous notre roi ; 
Seulement l’enfant brille où le peuple se vautre. 
Bon, voici maintenant qu’on en amène une autre ; 
Une d’un an, sa sœur sans doute ; un grand chapeau, 
Une petite tête, et des yeux ! une peau ! 
Un sourire ! oh ! qu’elle est tremblante et délicate ! 
Chef-d’œuvre, montrez-moi votre petite patte. 
Elle allonge le pied et chante… c’est divin. 
Quand je songe, et Veuillot n’a pu le dire en vain, 
Qu’elles ont toutes deux la tache originelle ! 
La Chute est leur vrai nom. Chacune porte en elle 
L’affreux venin d’Adam (bon style Patouillet) ; 
Elles sont, sous le ciel qu’Eve jadis souillait, 
D’horribles péchés, faits d’une façon charmante ; 
La beauté qui s’ajoute à la faute l’augmente ; 
Leur grâce est un remords de plus pour le pécheur, 
Et leur mère apparaît, noire de leur blancheur ; 
Ces enfants que l’aube aime et que la fleur encense, 
C’est la honte portant ce masque, l’innocence ; 
Dans ces yeux purs, Trablet l’affirme en son sermon, 
Brille l’incognito sinistre du démon ; 
C’est le mal, c’est l’enfer, cela sort des abîmes ! 
Soit. Laissez-moi donner des gâteaux à ces crimes.

Victor Hugo

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.