Le bon vieillard très-inutile
que vous nommez Anacréon,
mais qui n’eut jamais de bathyle,
et qui ne fit point de chanson,
loin de Marseille et d’Hélicon
achève sa pénible vie
auprès d’un poêle et d’un glaçon,
sur les montagnes d’Helvétie.
Il ne connaissait que le nom
de cette Grèce si polie.
La bigote inquisition
s’opposait à sa passion
de faire un tour en Italie.
Il disait aux treize-cantons :
« hélas ! Il faut donc que je meure
sans avoir connu la demeure
des Virgiles et des Platons ! »
enfin il se croit au rivage
consacré par ces demi-dieux :
il les reconnaît beaucoup mieux
que s’il avait fait le voyage,
car il les a vus par vos yeux.


Voltaire

Découvrez Poésie Postale, votre abonnement mensuel pour recevoir des poèmes inédits et œuvres d'art originales par la poste, le tout dans une enveloppe scellée à la cire.

Gâtez-vous ou offrez de la poésie en cadeau !

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.