du fond de cet antre pierreux,
entre deux montagnes cornues,
sous un ciel noir et pluvieux,
où les tonnerres orageux
sont portés sur d’épaisses nues,
près d’un bain chaud toujours crotté,
plein d’une eau qui fume et bouillonne,
où tout malade empaqueté,
et tout hypocondre entêté,
qui sur son mal toujours raisonne,
se baigne, s’enfume, et se donne
la question pour la santé ;
où l’espoir ne quitte personne :
de cet antre où je vois venir
d’impotentes sempiternelles
qui toutes pensent rajeunir,
un petit nombre de pucelles,
mais un beaucoup plus grand de celles
qui voudraient le redevenir ;
où par le coche on nous amène
de vieux citadins de Nancy,
et des moines de Commercy,
avec l’attribut de Lorraine,
que nous rapporterons d’ici :
de ces lieux, où l’ennui foisonne,
j’ose encore écrire à Paris.
Malgré Phébus qui m’abandonne,
j’invoque l’amour et les ris ;
ils connaissent peu ma personne ;
mais c’est à Pallu que j’écris :
Alcibiade me l’ordonne,
Alcibiade, qu’à la cour
nous vîmes briller tour à tour
par ses grâces, par son courage,
gai, généreux, tendre, volage,
et séducteur comme l’amour,
dont il fut la brillante image.
L’amour, ou le temps, l’a défait
du beau vice d’être infidèle :
il prétend d’un amant parfait
être devenu le modèle.
J’ignore quel objet charmant
a produit ce grand changement,
et fait sa conquête nouvelle ;
mais qui que vous soyez, la belle,
je vous en fais mon compliment.
On pourrait bien à l’aventure
choisir un autre greluchon,
plus Alcide pour la figure,
et pour le cœur plus Céladon ;
mais quelqu’un plus aimable, non ;
il n’en est point dans la nature :
car, madame, où trouvera-t-on
d’un ami la discrétion,
d’un vieux seigneur la politesse,
avec l’imagination
et les grâces de la jeunesse ;
un tour de conversation
sans empressement, sans paresse,
et l’esprit monté sur le ton
qui plaît à gens de toute espèce ?
Et n’est-ce rien d’avoir tâté
trois ans de la formalité
dont on assomme une ambassade,
sans nous avoir rien rapporté
de la pesante gravité
dont cent ministres font parade ?
à ce portrait si peu flatté,
qui ne voit mon Alcibiade ?


Voltaire

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème sélectionné au hasard.

Plus de Poésie Gratuite sur Poetica Mundi

- Coloriage et écriture créative : Profitez des bienfaits de ces activités.
- Livres numériques : Anthologies et recueils célèbres.
- Poésie à encadrer : Poèmes à imprimer.
- Newsletter : Poèmes par e-mail.
- Poetica Mundi sur YouTube et Instagram.

Merci de me permettre de vous offrir plus de 16000 poèmes, de la poésie sur YouTube et des activités de méditation créatrice !

Blogueur et amateur de poésie, je suis heureux de pouvoir partager notre belle poésie française avec mes lecteurs. Qu'elle fasse partie de votre quotidien comme elle fait partie du miens et vous apporte de la détente et de la joie.
Johann - Poetica Mundi