Vous flattez trop ma vanité :
cet art si séduisant vous était inutile ;
l’art des vers suffisait ; et votre aimable style
m’a lui seul assez enchanté.
Votre âge quelquefois hasarde ses prémices.
En esprit, ainsi qu’en amour,
le temps ouvre les yeux, et l’on condamne un jour
de ses goûts passagers les premiers sacrifices.
à la moins aimable beauté,
dans son besoin d’aimer on prodigue son âme,
on prête des appas à l’objet de sa flamme ;
et c’est ainsi que vous m’avez traité.
Ah ! Ne me quittez point, séducteur que vous êtes !
Ma muse a reçu vos serments...
je sens qu’elle est au rang de ces vieilles coquettes
qui pensent fixer leurs amants.


Voltaire

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.