J’ai donc vu ce Potsdam, et je ne vous vois pas ;
on dit qu’ainsi que moi vous prenez médecine.
Que de conformités m’attachent sur vos pas !
Le dieu de la double colline,
l’amour de tous les arts, la haine des dévots ;
raisonner quelquefois sur l’essence divine ;
peu hanter nosseigneurs les sots ;
au corps comme à l’esprit donner peu de repos ;
mettre l’ennui toujours en fuite ;
manger trop quelquefois, et me purger ensuite ;
savourer les plaisirs, et me moquer des maux ;
sentir et réprimer ma vive impatience :
voilà quel est mon lot, voilà ma ressemblance
avec mon aimable héros.
ô vous, maîtres du monde ! ô vous, rois que j’atteste,
indolents dans la paix, ou de sang abreuvés...
ressemblez-lui dans tout le reste...


Voltaire

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.