Dans ce jour du saint vendredi,
jour où l’on veut nous faire accroire
qu’un dieu pour le monde a pâti,
j’ose adresser ma voix à mon vrai roi de gloire.
De mon salut vrai créateur,
de D’argens et de moi l’unique rédempteur,
du salut éternel je ne suis pas en peine ;
mais de ce vrai salut qu’on nomme la santé,
mon esprit est inquiété.
Pardonnez, cher sauveur, à mon audace vaine.
ô vous qui faites des heureux,
l’êtes-vous ? Souffrez-vous ? êtes-vous à la gêne ?
Et les points de côté, la colique inhumaine,
troubleraient-ils encor des jours si précieux ?
ô philosophe roi, grand homme, heureux génie
vous dont le charmant entretien,
l’indulgente raison, l’aimable poésie,
étonnent mon âme ravie,
puissiez-vous goûter tout le bien
que vous versez sur notre vie !


Voltaire

Découvrez Poésie Postale, votre abonnement mensuel pour recevoir des poèmes inédits et œuvres d'art originales par la poste, le tout dans une enveloppe scellée à la cire.

Gâtez-vous ou offrez de la poésie en cadeau !

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.