Si vous brillez à votre aurore,
quand je m’éteins à mon couchant ;
si dans votre fertile champ
tant de fleurs s’empressent d’éclore,
lorsque mon terrain languissant
est dégarni des dons de Flore ;
si votre voix jeune et sonore
prélude d’un ton si touchant,
quand je fredonne à peine encore
les restes d’un lugubre chant ;
si des grâces, qu’en vain j’implore,
vous devenez l’heureux amant ;
et si ma vieillesse déplore
la perte de cet art charmant
dont le dieu des vers vous honore ;
tout cela peut m’humilier :
mais je n’y vois point de remède ;
il faut bien que l’on me succède,
et j’aime en vous mon héritier.


Voltaire

Découvrez Poésie Postale, votre abonnement mensuel pour recevoir des poèmes inédits et œuvres d'art originales par la poste, le tout dans une enveloppe scellée à la cire.

Gâtez-vous ou offrez de la poésie en cadeau !

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.