Aimable amant de Polymnie,
jouissez de cet âge heureux
des voluptés et du génie ;
abandonnez-vous à leurs feux :
ceux de mon âme appesantie
ne sont qu’une cendre amortie,
et je renonce à tous vos jeux.
La fleur de la saison passée
par d’autres fleurs est remplacée.
Une sultane avec dépit,
dans le vieux sérail délaissée,
voit la jeune entrer dans le lit
dont le grand-seigneur l’a chassée.
Lorsque élie était décrépit,
il s’enfuit, laissant son esprit
à son jeune élève Elisée.
Ma muse est de moi trop lassée ;
elle me quitte, et vous chérit ;
elle sera mieux caressée.


Voltaire

Découvrez Poésie Postale, votre abonnement mensuel pour recevoir des poèmes inédits et œuvres d'art originales par la poste, le tout dans une enveloppe scellée à la cire.

Gâtez-vous ou offrez de la poésie en cadeau !

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.