Pour évoquer les jours défunts
Il m'a suffi de quelques roses :
J'ai respiré dans leurs parfums
Tes lèvres closes.

Je sais des jasmins d'occident
Aussi veloutés que ta gorge ;
Tes cheveux blonds sont cependant
Moins blonds que l'orge.

Les violiers ont pris tes yeux ;
Ton rire a passé dans la brise,
Ton joli rire insoucieux
Qu'un sanglot brise ;

Et les immortelles de mer,
Qui s'ouvrent dans les dunes blanches,
Ont la senteur de miel amer
Qu'avaient tes hanches...

Et c'est toi toute, gorge et front.
Vieillis, pâlis, languis, qu'importe ?
L'aube a des lys qui me rendront
Ta beauté morte.


Charles Le Goffic

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.