Elles sont le souvenir clair
De Celle qui mourut hier
Et qui dort entre quatre planches,
Les violettes blanches.

Car elle les aimait jadis,
Et moi, je les préfère aux lys…
J’éclairerai les tristes planches
De violettes blanches.

Vierges entre toutes les fleurs,
Elles ont d’intenses pâleurs…
Parez la nuit des mornes planches
De violettes blanches.

Ainsi fut Celle que j’aimais,
Qui ne refleurira jamais…
Un peu de cendre et quatre planches,
Des violettes blanches.


Renée Vivien

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.