Les aventures que Victor Hugo raconte dans Les Misérables, il les a, pour certaines, lui-même vécues. Incitation à la révolte, barricades dans Paris, nom d’emprunt, fuite, exil. En dehors des drames familiaux qui frappent le poète tout au long de sa vie, sa période d’exil le marque aussi durablement.

Nous reviendrons dans cet article sur la période la plus aventureuse de la vie de Victor Hugo. Celle où un homme de 50 ans déjà, aisé financièrement et convenablement installé à Paris, a pris le parti de fuir pour respecter ses idéaux politiques.

Victor Hugo

L'exil de Victor Hugo désigne la période de près de 20 ans (1851-1870) pendant laquelle il est contraint de quitter la France après le coup d'état de Napoléon III et son bannissement par décret le 9 janvier 1952. Cet exil est constitué de plusieurs étapes, dont la plus longue dans sa maison de Guernesey.

Suivez mes aventures poétiques sur Instagram, YouTube et Tiktok, ou recevez mes poèmes en avant-première par courrier en vous abonnant à Poésie Postale.

Un départ précipité

Le matin du 2 décembre 1851, Victor Hugo apprend la nouvelle du coup d'État de Napoléon III, dit Louis-Napoléon Bonaparte. Celui qui était déjà Président de la Seconde République décide de conserver le pouvoir et de basculer vers l'Empire par la force des armes. Et cela, Victor Hugo ne peut l'accepter.

Napoléon III

Il court alors partout, cherche à organiser un comité de résistance avec les députés de la gauche, tente d'allumer une rébellion, de lever la révolte chez les ouvriers. Mais toutes ces tentatives sont vite balayées par une sanglante répression, notamment lors de la fusillade sur les Boulevards le 4 décembre. Le poète comprend vite qu'il doit maintenant disparaître.

Victor Hugo se terre alors, pendant 3 jours il reste introuvable. Le 7 décembre 1851, on lui fait parvenir un faux passeport : il n'est plus qu'un simple ouvrier imprimeur du nom de Lanvin. Le voyage est vite organisé, le poète se déguise et réussit à passer, 4 jours plus tard, en Belgique par le train.

Des débuts compliqués

Pour Victor Hugo, pas question de rester sagement en exil. Même loin de Paris, il est une figure majeure en littérature et en politique. Il sait toutefois qu'il est impossible de faire demi-tour : le décret officiel de son bannissement est publié le 9 janvier 1852.

65 autres députés connaîtront d'ailleurs le même sort.

Victor Hugo séjourne pendant son exil en Belgique, puis sur les îles de Jersey et Guernesey. Il ne reste que six mois à Bruxelles, les autorités l'incitant à partir à cause de ses écrits contre Napoléon. Il est ensuite expulsé de Jersey 3 ans plus tard en 1855 et finit par rester 15 ans à Guernesey.

Victor Hugo à Guernesey

L'amertume du bannissement

Si l'homme de lettres est expulsé, d'abord de Bruxelles suite à la publication d'un pamphlet intitulé Napoléon le Petit, puis de nouveau de Jersey, c'est d'abord à cause de sa haine pour Louis Napoléon Bonaparte. Mais pourquoi Victor Hugo déteste-t-il tant Napoléon III ?

Si l'on remonte un peu l'histoire commune de Napoléon III et Victor Hugo, on les trouve, en 1848, dans le même camp. En fait, Victor Hugo a même soutenu Louis Napoléon Bonaparte dans sa campagne électorale.

Il est fort probable que la discorde entre Napoléon III et Victor Hugo, qui l'a un temps conseillé, vienne des questions d'éducation. Ensuite, la haine du poète s'accentue lors du coup d'état de 1851. Pour Victor Hugo, c'est une trahison de la République, un crime contre la Constitution.

Pourtant, force est de constater que le coup d'état n'est pas si mal accueilli dans le pays. La majorité monarchique à l'Assemblée mettant déjà le principe républicain à mal, nombreux sont ceux qui voient le coup d'état comme une sauvegarde de l'esprit de 1789.

Quoi qu'il en soit, Victor Hugo ne cessera jamais de détester Louis Napoléon Bonaparte à qui il consacrera 3 recueils satiriques après son bannissement du pays. Il lui donnera également le surnom moqueur de Nabot-Léon, par rapport à sa petite taille.

Durant son exil, Victor Hugo publie :

Les trois premiers éléments de cette liste font partie de notre sélection des œuvres incontournables de Victor Hugo.

Retour dans un contexte tendu

En 1959, malgré l'amnistie des condamnés politiques décidée par l'Empereur, Victor Hugo refusera de rentrer en France. Il écrit : "Quand la liberté rentrera, je rentrerai."

Victor Hugo prépare son retour à l'été 1870, sentant Napoléon III se fragiliser dans le conflit Franco-Prussien débuté en juillet. Il quitte donc Guernesey pour aller attendre à Bruxelles. Il n'a pas à y rester bien longtemps. Napoléon est défait à Sedan le 2 septembre.

Le 4 septembre, la Troisième République est proclamée et Victor Hugo prend le chemin de Paris. Il y fait son retour le 5 septembre, accompagné de son fils et de sa compagne Juliette Drouet. Pourtant, après 20 ans d'exil, le temps du repos n'est pas encore arrivé...

Le déclenchement de la Commune de Paris

Refusant la domination Prussienne, le siège de Paris, et le désarmement de la garde nationale, la ville de Paris se soulève en 1871. Aussi, Victor Hugo n'est-il pas rentré dans une période de calme. La répression est terrible, les combats fracassants, le bilan humain, catastrophique.

Victor Hugo quitte donc une nouvelle fois Paris pour Bruxelles, puis Luxembourg. Il y rédige un magnifique recueil de poèmes sur la Commune de Paris : L'année Terrible. Il se place également en faveur de l'amnistie des communards. On dit que ces derniers l'auraient laissé passer avec le cortège funéraire de son fils, mort quelques jours avant le soulèvement, et inhumé le jour même du soulèvement.

Cela montre bien une chose de l'homme qu'était Victor Hugo. Même après 19 ans d'exil, son retour est un événement. Même lors d'un soulèvement, son cortège est respecté. Car toute sa vie, l'homme s'est battu pour le peuple, et cela, le peuple ne l'oublie pas.

Guerre civile, Manet (1871)

Ce qu'on retiendra de l'exil de Victor Hugo

  • Victor Hugo s'est exilé à la suite du coup d'état de Napoléon III en 1851.
  • Il a rejoint Bruxelles en 1851, puis Jersey en 1852, et enfin Guernesey en 1855.
  • Il a fait son retour à Paris en 1870, mais est reparti l'année suivante suite à la mort de son fils et au déclenchement de la commune de Paris.

Bien que bénéficiant d'une aisance matérielle importante, Victor Hugo n'a jamais renié ses idées politiques. Il a accepté de quitter sa ville, son pays pendant presque 20 ans, pour continuer à se battre contre Napoléon III. Cet engagement est d'ailleurs une des raisons pourquoi Hugo est si célèbre aujourd'hui.

Aussi ne faut-il pas s'étonner de voir les personnages de ses romans se montrer si absolus, parfois manichéens, leur auteur était lui-même un homme de ce type-là.

Pour en savoir plus sur sa vie, découvrez notre courte biographie de Victor Hugo. Toutes ses œuvres poétiques sont aussi disponibles sur la page qui lui est dédiée.

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.