Je pense à toi ma Lou pendant la faction
J’ai ton regard là-haut en clignements d’étoiles
Tout le ciel c’est ton corps chère conception
De mon désir majeur qu’attisent les rafales
Autour de ce soldat en méditation

Amour vous ne savez ce que c’est que l’absence
Et vous ne savez pas que l’on s’en sent mourir
Chaque heure infiniment augmente la souffrance
Et quand le jour finit on commence à souffrir
Et quand la nuit revient la peine recommence

J’espère dans le Souvenir ô mon Amour
Il rajeunit il embellit lorsqu’il s’efface
Vous vieillirez Amour vous vieillirez un jour
Le Souvenir au loin sonne du cor de chasse
Ô lente lente nuit ô mon fusil si lourd

Guillaume Apollinaire

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.