Garde toy bien ô gracieux Zephire !
D’empestrer l’esle en ces beaulx nœuds epars,
Que çà, et là, doulcement tu depars,
Sur ce beau col de marbre, et de porphire.

Si tu t’y prens, plus ne vouldras nous ryre
Le verd printemps : ainçoys de toutes pars
Flore voyant que d’autre amour tu ards,
Fera ses fleurs dessecher par grand’ire.

Que dy-je las ! Zephire n’est-ce point,
C’est toy Amour, qui voles en ce point,
Tout à l’entour, et par dedans ces retz.

Que tu as faictz d’art plus laborieux
Que ceulx, ausquelz jadis feurent serrez
Ta doulce mere, et le Dieu furieux.

Joachim du Bellay

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.