Gentil tertre élevé sur la blanche poitrine,
Tétin bien arrondi, je sais bien, sur, ma foi,
Que tu as bien raison de te plaindre de moi,
Qui n'ai onc contemplé ta blancheur ivoirine !

Tétin, chevet d'amour, dont la rondeur poupine
Éveille l'appétit d'un doux je ne sais quoi,
Permets sans te cacher qu'en m'approchant de toi,
Je goûte le plaisir de ta grâce divine.

Portant envie à l'œil et à la bouche aussi,
Tu ne dois te cacher dessous ton voile ainsi,
De peur que ton ami secrètement te touche.

Pource découvre-nous tes louables trésors,
Ouvre-les, affété, et tu seras alors
Ainsi favorisé que l'œil et que la bouche.


François Scalion de Virbluneau

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.