Hélas ! tu n’es pas vierge ni 
Moi non plus. Surtout tu n’es pas 
La Vierge Marie et mes pas 
Marchent très peu vers l’infini 

De Dieu ; mais l’infini d’amour,
Et l’amour c’est toi, cher souci,
Ils y courent, surtout d’ici,
Lieu blême où sanglote le jour.

Ils y courent comme des fous,
Saignant de n’être pas ailés ;
Puis s’en revienne désolés 
De la porte fermée à tous

Espoirs certains, et résistant 
À tels efforts pour t’enfin voir 
En plein grand jour par un beau soir 
Mué tôt en nuit douce tant !

Ah ! Limbes où non baptisés 
Du platonisme patient 
Vont, pitoyablement criant 
Et pleurant mes désirs brisés.

Paul Verlaine

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.