TRUSNELDA

Ah ! le voici qui revient tout couvert de sueur, du sang des
Romains et de la poussière du combat ! Jamais Hermann ne
m’a paru si beau, jamais tant de flamme n’a jailli de ses yeux !


Viens ! je frémis de plaisir ; donne-moi cette aigle et cette
épée victorieuse ! Viens, respire plus doucement et repose-toi
dans mes bras que tumulte de la bataille !


Viens ! que j’essuie ton front couvert de sueur, et tes joues
toutes sanglantes ! Comme elles brillent tes joues ! Hermann !
Hermann ! Jamais Trusnelda n’eut tant d’amour pour toi !


Non, pas même le jour que dans ta demeure sauvage tu me
serras pour la première fois de tes bras indomptés ; je
t’appartins désormais, et je pressentis dès lors que tu serais
immortel un jour.


Tu l’es maintenant : qu’Auguste, dans son palais superbe,
embrasse en vain l’autel de ses dieux ! … Hermann, mon Her-
mann est immortel !

HERMANN

Pourquoi tresses-tu mes cheveux ? Notre père est étendu
mort, là, près de nous ; ah ! si Auguste ne se dérobait à notre
vengeance, il serait déjà tombé, plus sanglant encore !


TRUSNELDA

Laisse-moi, mon Hermann, laisse-moi tresser ta flottante
chevelure, et la réunir en anneaux sous ta couronne… Siegmar
est maintenant chez les dieux ; il ne faut point le pleurer, mais
l’y suivre !


Friedrich Gottlieb Klopstock

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème sélectionné au hasard.

Coloriage pour Adultes et Écriture Créative

Chaque semaine, recevez votre feuille d’activité à imprimer et de la musique relaxante. Un moment de détente aux nombreux bienfaits : réduction du stress, amélioration du sommeil, amélioration des facultés cérébrales et motrices.

Merci de me permettre de vous offrir plus de 16000 poèmes sans publicité et de la poésie sur YouTube !
Johann