Il fut un bruit, ô Marot, qu'étais mort,
Et ce faux bruit un menteur assura :
L'un d'un côté se plaignait de ta mort,
Faisant regret qui longuement dura ;
L'autre par vers piteux la déplora,
Jetant soupirs de dur gémissement.
Moi de grand deuil pleurant amèrement,
Duquel était ma triste âme saisie :
Las ! dis-je, mort est notre ami Clément,
Morte donc est française poésie.


Charles Gaucher de Sainte-Marthe

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème sélectionné au hasard.

Coloriages, Livres et Poésie à Imprimer. Tout est gratuit !

Utilisez les liens ci-dessous pour découvrir tous les produits gratuits que j'ai créés pour vous :

Merci de me permettre de vous offrir plus de 16000 poèmes, de la poésie sur YouTube et des activités de méditation créatrice !
Johann