Italie, Italie, oh terre si féconde !
Toi, qui sus enfanter tant de fils glorieux,
Toi, qui fus si longtemps la lumière du monde,
Nos maîtres ont vécu sous l'azur de tes cieux.

Les uns à l'âme forte, ardente, furibonde :
Et Dante, et Michel-Ange et Tintoret le vieux
Les autres, plus humains, faits de tendresse blonde
Pétrarque, Raphaël ou Giotto le pieux.

De leurs fronts couronnés, l'auréole infinie
Rayonne des éclats de leur vaillant génie
Et porte ses clartés à l'art noble et puissant.

Si l'artiste, oublieux de ces leçons sereines,
Du sein qui l'allaita, vient déchirer les veines,
Ainsi qu'un parricide, il fait couler son sang !


Charles Garnier

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.