J'ai couru d'abord ; j'étais jeune ;
Et puis je me suis assis :
Le jour était doux et les meules
Étaient tièdes, et ta lèvre aussi ;

J'ai marché, j'étais grave,
Au pas léger de l'amour ;
Qu'en dirai-je que tous ne savent ?
J'ai marché le long du jour ;

Et puis, au sortir de la sente,
Ce fut une ombre, soudain :
J'ai ri de ton épouvante ;
Mais la nuit m'entoure et m'étreint.

1899


Francis Vielé-Griffin

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.